locaux «l'utilisation provisoire de locaux libres est une situation gagnant-gagnant»
Culture Société

«L’utilisation provisoire de locaux libres est une situation gagnant-gagnant»

03.03.2022
par SMA

«L’union fait la force» – tel est le slogan d’EnsembleStark, une association qui met à disposition des locaux vides à Bienne pour une utilisation provisoire. Anthony Pittet est l’un des fondateurs de l’association. Dans l’interview qu’il nous a accordée, il explique dans quelle mesure l’institution procure des avantages aussi bien à la ville de Bienne qu’à la population et pourquoi l’association lui tient à cœur.

L’association EnsembleStark a été fondée au début de l’année 2020. Son objectif est de pouvoir utiliser des locaux vides à Bienne à des fins socioculturelles. Cela permet aux artistes qui ont un petit budget de trouver des locaux pour leur atelier. 

Anthony Pittet, dans quelle mesure EnsembleStark et la ville de Bienne s’entraident-ils?

La ville de Bienne profite d’EnsembleStark dans la mesure où des locaux, par exemple d’anciens bâtiments industriels vides, sont utilisés jusqu’à ce qu’ils soient démolis ou rénovés. Un espace culturel est ainsi créé, ce qui favorise à son tour la cohésion de la ville. EnsembleStark, et donc toutes les personnes qui cherchent un local avantageux pour leur projet, bénéficient de l’aide de la ville de Bienne, qui autorise l’utilisation intermédiaire de ces locaux – une situation gagnant-gagnant.

Combien coûte une utilisation temporaire d’un lieu?

Il n’y a pas de prix de location. Les utilisateurs doivent simplement verser un forfait de six francs par mètre carré à l’association, afin de couvrir les frais annexes et administratifs. Depuis le début de l’année 2020, il existe à Bienne un nouveau règlement qui stipule que les locaux commerciaux qui restent vides plus de trois mois doivent être signalés. Ils peuvent ensuite être utilisés de façon provisoire. Ce règlement est notre base. L’association s’occupe de l’organisation et de la gestion des locaux. 

Tu exerces toi-même une activité artistique pendant ton temps libre dans un espace socioculturel libre. As-tu eu du mal à trouver un local adapté à ton travail?

Il a été très difficile de trouver quelque chose de convenable, car les prix des loyers sont partout très élevés. C’est en partie ce qui a motivé la création d’EnsembleStark et l’engagement pour la création d’espaces socioculturels libres à Bienne. Mon atelier se trouve à l’étage supérieur d’une halle industrielle, que je partage avec d’autres artistes. Nous avons élaboré un concept qui nous permet d’utiliser cet espace de manière durable tout en rendant les coûts supportables. Nous l’appelons OAO – «Offenes Atelier ouvert». En plus des espaces individuels, il y a des espaces communs qui servent de zones de rencontre et de création. Cela fonctionne très bien et tout le monde partage ses connaissances et son matériel. Depuis le début d’EnsembleStark, la demande pour de tels espaces libres a été très élevée.

EnsembleStark s’engage pour une culture durable à Bienne et favorise la cohésion de la ville et de sa population.

À quelles fins les espaces provisoires peuvent-ils être utilisés? 

En principe, ils peuvent être utilisés pour toutes les formes culturelles et artistiques, les activités associatives, les projets personnels et bien d’autres choses encore. Les différentes idées sont discutées lors d’une réunion et il est ensuite décidé à quelle fin l’espace sera utilisé.

Pourquoi l’association te tient-elle à cœur et quelles sont tes tâches?

J’aime la collaboration avec d’autres personnes et l’engagement pour une bonne cause est important pour moi. En outre, EnsembleStark me permet de soutenir la scène artistique. EnsembleStark s’engage pour une culture durable à Bienne et favorise la cohésion de la ville et de sa population – ce qui correspond à mes valeurs. Au sein de l’association, je suis notamment responsable des relations publiques, de la communication et du marketing. Mes tâches sont très variées.

L’association EnsembleStark de Bienne est-elle un précurseur pour toute la Suisse? 

Il existe déjà des institutions culturelles similaires à Zurich et à Bâle qui s’engagent également pour l’utilisation temporaire de locaux vides. EnsembleStark est la première association de la région à se baser sur la nouvelle réglementation de l’utilisation provisoire, nous sommes donc un projet test idéal pour la ville de Bienne. Entre-temps, nous avons déjà pu créer une synergie positive avec les politiciens et obtenir leur plein soutien. En ce qui concerne le reste de la Suisse, il serait bon que d’autres villes s’inspirent de Bienne et d’EnsembleStark.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous devez faire face?

Comme pour toute nouvelle institution, l’une des difficultés est de créer une légitimité pour notre cause auprès de la population. Grâce au travail de communication, nous y parvenons. C’est ainsi que nous sommes passés de dix à 150 membres. Toutefois, cela s’avère parfois difficile, car nous discutons de tout ensemble lors des réunions. Avec autant de personnes, cela devient difficile. 

Quel est l’avenir d’EnsembleStark?

Nous espérons que tous les locaux vides à Bienne pourront être utilisés et que notre association deviendra encore plus grande. Un des prochains objectifs est que nous puissions également utiliser des appartements vides pour une utilisation provisoire, car il y a de très nombreux appartements et maisons qui ne sont pas utilisés. Peut-être qu’un jour nous pourrons même faire bouger les choses sur le plan politique et faire baisser le prix général des loyers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT