seniors-plus-50-jean-francois-garcia
Carrière Éditoriaux

Jean François Garcia: «Il faut apprendre à mieux nous connaître»

03.03.2022
par SMA

Toute personne, indépendamment de son âge, qui a traversé le désert professionnel a pris conscience de la fragilité de ses certitudes quant à sa valeur sur le marché de l’emploi. En effet, lorsque l’on se trouve devant la page blanche qui deviendra une lettre de motivation ou un CV, certaines questions s’imposent qui concernent la personne que nous sommes vraiment.

 

jean-francois-garcia-seniors-plus

Jean François Garcia,
Président de SeniorsPlus

 

Jean François Garcia: Comment arriver à convaincre les employeurs potentiels que nous sommes ce fameux mouton à cinq pattes que tous recherchent?

À ce point, pour avancer dans le processus de réinsertion professionnelle ou d’évolution de carrière, il faut se demander: «En quoi suis-je talentueux», «comment vais-je pouvoir aider cette entreprise?» ou «qui suis-je?».

Une partie des personnes qui se trouvent dans cette situation ont tendance, en raison de l’urgence liée à leur nouvel état professionnel et social, à se précipiter sur les solutions les plus faciles, comme les formations.

Pourtant, pour booster leur efficacité, ils devraient plutôt mettre en valeur l’expérience acquise ou leurs talents et se positionner en tant qu’apporteurs de solutions.

En effet, si un recruteur recherche la pièce de puzzle qui va (re)donner une cohérence à son entreprise, c’est parce qu’il a un problème à résoudre et que la solution identifiée ne peut être mise en place que par un être humain talentueux dans le domaine considéré, autrement dit «vous».

De ce fait, avant de se demander quelle est la compétence à développer ou à acquérir, posons-nous la question des compétences demandées. Vous découvrirez que la description du poste sera la pièce maîtresse de votre succès.

Elle contient en effet la liste des compétences nécessaires, permettant d’identifier le problème auquel l’entreprise fait face. Grâce à votre expérience, il vous sera facile de mettre en évidence quelle partie de votre CV vous positionnera en apporteur de solution. La compétence ultime à développer pour identifier votre adéquation au marché est «l’appréhension de votre environnement», car qui voudrait investir dans un prestataire de service inutile ?

Toute personne, indépendamment de son âge, qui a traversé le désert professionnel a pris conscience de la fragilité de ses certitudes quant à sa valeur sur le marché de l’emploi. – Jean François Garcia

 

Si des entreprises rechignent à recruter les 45-50+, d’autres les considèrent comme des sources de stabilité, loyauté et compétences. Pour ces personnes, le plus grand défi concerne l’identification de ces entreprises ainsi que la mise en valeur des expertises recherchées. Parfois, se lancer dans des formations supposées salvatrices génère des retards dans le processus de réinsertion.

Le choix de devenir indépendant peut aussi être risqué, car tout le monde n’a pas le caractère requis. Évitons que le remède soit pire que le mal.

Le secret réside donc dans la vision que nous développons de notre environnement. Identifiez les besoins dans le segment dans lequel vous possédez des compétences et, si vous remarquez que des expertises manquent dans votre CV, dépêchez-vous de les acquérir tout en identifiant l’entreprise pour laquelle vous allez contribuer à solutionner un problème.

L’économie suisse recherche désespérément du personnel. Profitez donc du momentum pour approcher non plus un employeur mais un partenaire. Parfois, il faut juste identifier ce que l’on maîtrise déjà pour utilement l’exploiter.

De ce fait, il faut apprendre à mieux nous connaître en identifiant nos talents et à mieux appréhender notre environnement professionnel.

Notre faculté d’adaptation nous permettra de survivre. Cette constatation est d’autant plus pertinente pour les 45+ qui, selon le sociologue Zygmunt Bauman, sont nés dans une société solide protectrice et se trouvent plongés dans une société liquide où l’entrepreneuriat est la règle.

Ils doivent apprendre à se comporter selon des codes sociétaux qui leurs paraissent parfois étranges. Cependant, tous les recruteurs recherchent une bonne personne au sens humain du terme. Ce talent fera peut-être de vous le fameux mouton à cinq pattes.

Texte Jean-François Garcia, Président SeniorsPlus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT