Lifestyle Récupération Santé Soins

Des soins plus humains et personnalisés

24.10.2019
par SMA

La question des soins et de l’aide à domicile occupe une place centrale dans le domaine de la santé. D’autant plus avec une population vieillissante. Reste encore à pouvoir proposer des prestations à la fois, professionnelles, humaines et adaptatives. Si la multiplication des acteurs privés favorise cela, le soutien des autorités cantonales et fédérales reste essentiel.

Cette vaste question ressemble parfois à un véritable casse-tête. La problématique des soins, constitue un vrai défi en matière de santé publique. En particulier pour les personnes âgées ou en situation d’handicap physique ou mental. Surtout avec une population vieillissante. Dans un tel contexte, une des approches principales consiste à proposer des prestations de soins à domicile. Déjà largement pratiquée et répandue, cette manière de faire présente en effet de nombreux avantages.

Déjà, d’un point de vue médical, il est intéressant de relever le fait qu’un environnement familier aide à la guérison et au maintien d’une bonne santé mentale. Pour les personnes âgées, cela permet donc de rester dans un contexte connu et stable qui sécurise le quotidien. Il en va de même pour les personnes en situation de handicap. En parallèle, cela permet à ces personnes de maintenir une certaine autonomie quotidienne. Elles peuvent ainsi profitent de pouvoir conserver des liens réguliers et de proximité avec leur entourage et leurs proches.

Soins professionnels, humains et adaptatifs: le défi

En étant l’une des solutions les plus réalistes, le maintien à domicile est cependant confronté à de véritables défis. Car en raison des coûts engendrés pas ce type de prestations, le défi économique reste de mise. Moins chers que les séjours au sein d’établissements spécialisés, les soins à domicile sont confrontés aux mêmes nécessités de rendement économique. En somme, il faut assurer des prestations professionnelles et médicales, tout en parvenant à concilier les dimensions médicales et humaines. Le tout en restant rentable.

Dans l’équation des prestations de santé et de maintien à domicile, les proches aidants jouent également un rôle des plus importants.

On peut constater que les acteurs privés se multiplient. Dans ce sens, la concurrence, en étant simulée par un marché où des places restent à prendre et où de nouvelles entreprises et offres se développent, peut aider à diversifier, ou à améliorer les prestations tout en limitant les coûts. Surtout en matière de prestations humaines où la plus-value sociale et la capacité à s’adapter représentent des aspects centraux.

Parallèlement à la privatisation du secteur, il faut aussi remarquer que les apports du secteur public restent importants. Plus que n’importe quel secteur, celui des soins à domicile doit être construit sur la base de partenariats et engagements forts entre acteurs privés et autorités cantonales et fédérales. Si cela est déjà le cas, il est encore possible d’accentuer l’efficience de ces relations. Surtout en considérant le fait que le vieillissement de la population grandira et engendrera des besoins et ded coûts, de plus en plus complexes à assumer.

Proches aidants et responsabilité collective

Dans l’équation des prestations de santé et de maintien à domicile, les proches aidants jouent également un rôle des plus importants. Dans ce cadre, il s’agit de les intégrer dans cette vaste problématique. Par exemple, en pouvant encadrer et fédérer leurs activités de manière plus avantageuse et efficiente. Le soutien des assistants sociaux s’avère alors précieux. Ils permettent notamment de savoir quelles sont les aides dont on peut bénéficier lorsque l’on décide de s’engager dans cette voie.

Il est par exemple possible d’accéder à des rentes AVS plus élevées lorsque l’on s’investit en tant que proche aidant. Pour cela, il convient de demander une bonification. Il faut s’adresser à la caisse de compensation de l’assurance vieillesse et invalidité du lieu de domicile de la personne. Si en tant que proche aidant, vous devez réduire votre temps de travail ou arrêter de travailler pour vous occuper d’une personne âgée, malade ou handicapée, une allocation peut alors vous être versée. Elle dépendra néanmoins de ses ressources financières. Pour déposer une demande, on peut nomment s’adresser aux centres médico-sociaux.

Pouvant encore être améliorés, ces liens et soutiens entre autorités régionales et la population qui s’investit, par exemple en devenant proche aidant, permettent déjà de fournir certaines réponses et solutions. Mais le défi reste de taille, surtout lorsque l’on mène déjà une vie des plus actives. Finalement, les meilleures réponses et les solutions les plus réalistes et solidaires se trouveront certainement entre des synergies et un soutien amélioré entre l’Etat, les acteurs privés et la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT