Femmes Hommes Lifestyle

Célibat: faut-il vraiment en avoir peur?

21.07.2021
par Andrea Tarantini

«Célibat»: quel mot redoutable! Aujourd’hui, la peur d’être seul pour toujours et de ne jamais connaître le grand amour en déprime plus d’un. Pourtant, être célibataire peut être une expérience précieuse.

Beaucoup de gens n’aiment pas être célibataires. Le statut de célibataire est en effet souvent vu d’un mauvais œil. Isabelle Bättig-Zehr, psychothérapeute renommée en Suisse, nous explique cette attitude négative à l’égard du célibat: «Le célibat peut nous mettre en conflit avec notre besoin de liens intimes. D’ailleurs, si nous sommes confrontés au rejet lorsque nous cherchons un partenaire, le fait d’être célibataire peut même être perçu comme une menace pour notre valeur personnelle. Il n’est donc pas étonnant que des sentiments négatifs soient associés au célibat.»

Se recentrer sur soi

Après une rupture, il est important de prendre le temps pour soi et de déterminer ce que l’on veut vraiment dans la vie. Que l’on soit célibataire ou en couple, ce qui compte c’est clair avec soi-même au sujet de ses propres besoins et désirs. Cela signifie aussi, entre autres, se demander pourquoi il est si difficile pour nous d’être seul. «Entre deux relations, il est judicieux de prendre du temps pour soi et de réfléchir aux questions suivantes: pourquoi cette relation n’a pas marché? Quelles ont été mes erreurs? Que puis-je apprendre de cette situation? En général, qu’est-ce que je recherche dans une relation? Que faut-il que je change afin que ma prochaine relation puisse marcher? Répondre à ces questions permet de rendre les nouvelles relations plus durables et de ne pas y mettre fin au premier conflit», explique la psychothérapeute. Nous savons tous que des relations saines, satisfaisantes et épanouissantes entraînent généralement une plus grande satisfaction dans la vie. Néanmoins, ce que beaucoup de gens oublient, c’est que cela inclut également les amitiés et pas seulement les relations amoureuses. Il ne faut donc pas considérer le célibat comme un état insatisfaisant et malheureux. 

Les réactions d’autrui

«Tu trouveras quelqu’un de bien!», «Courage, la bonne personne t’attend sûrement quelque part». Il y a toujours des gens qui essaient de nous réconforter juste parce que l’on est célibataire. Ces commentaires soulignent l’ancrage de l’image négative du célibat dans notre société. «En général, ce n’est pas avec méchanceté que les gens parlent du célibat d’autrui, mais peut-être par impuissance ou par ignorance. Si vous leur expliquez combien il est difficile de trouver un partenaire, ils voudront simplement vous réconforter. Néanmoins, si vous soulignez que vous avez différents centres d’intérêt et que vous aimez être célibataire, il est important que vous vous y teniez par la suite. Cela autant pour vous que pour autrui», explique Isabelle Bättig-Zehr.

Communiquer de manière claire 

Au lieu de se plaindre lorsque l’on se sent incompris, il convient de communiquer clairement et ouvertement nos sentiments. «Il est important de parler, mais aussi d’écouter et de poser des questions. Réfléchissez à la réaction que vous attendez de l’autre personne et à ce dont vous avez réellement besoin. Voulez-vous plutôt être réconforté ou compris? Souhaitez-vous simplement partager votre frustration? Essayez également de comprendre l’autre ou de vous renseigner sur ses expériences et ses attitudes. Les besoins de chacun sont très individuels et il est important de ne pas déduire ce dont les autres ont besoin. Grâce à cette attitude, on peut remettre en cause les stéréotypes négatifs sur le célibat et, en même temps, créer un échange constructif.»

Où est le problème?

De nombreux célibataires pensent que quelque chose ne tourne pas rond chez eux et qu’ils sont destinés à rester célibataires. Il s’agit d’un réflexe naturel: puisqu’on ne peut pas contrôler les autres ou ce qu’ils font, afin de reprendre le contrôle sur la situation, on commence à penser que le problème se trouve en nous. Dans ce cas, Isabelle Bättig-Zehr conseille de construire un dialogue clair, surtout avec soi-même. «Lorsque l’on veut à tout prix un partenaire, il est déstabilisant de se retrouver célibataire. En même temps, il faut savoir que la recherche d’un partenaire dépend de très nombreux facteurs sur lesquels nous n’avons malheureusement aucun contrôle. Il faut donc essayer de prendre en compte les facteurs qui échappent à notre contrôle et parler de nos insécurités à des proches. Parfois, pour que les choses aillent mieux, il suffit que ces derniers nous rassurent en nous disant que nous n’avons aucun problème.»

Baisser ses standards

Mais qu’en est-il des célibataires qui ont des standards trop hauts et nombreux? Souvent, c’est à cause de cela qu’ils ne trouvent pas la bonne personne. Dans ce cas de figure, les proches ont tendance à dire: «ne baisse pas tes exigences!» ou, au contraire, «tu es bien trop exigeant!».

Qui a raison? S’il faut avoir des normes en matière de goûts et préférences, en avoir trop peut compliquer la situation. «Il ne faut surtout pas penser que tous les standards soient négatifs ou qu’il faut faire énormément de compromis afin de trouver la bonne personne. Néanmoins, si le fait d’être célibataire nous fait souffrir, on doit peut-être revoir nos attentes et exigences. Il vaut la peine de se demander pourquoi on a certaines normes, quelles sont les exigences qui sont importantes pour nous et sur lesquelles on ne peut vraiment pas faire de compromis», souligne Isabelle Bättig-Zehr. Il n’y a donc pas de mal à essayer d’ajuster ses attentes et à explorer les sentiments qui en découlent. 

Le célibat et ses avantages

Lorsqu’on se concentre sur le caractère négatif du célibat, on oublie souvent qu’être célibataire comporte également des avantages. Tout d’abord, le célibat donne l’occasion de prendre du temps pour soi et d’apprendre à s’occuper de soi. Isabelle Bättig-Zehr explique en effet que «le célibat permet de mettre en évidence la manière dont on se rapporte à nous-mêmes. Parfois, nous avons besoin d’espace et de temps pour nous écouter et découvrir comment on se sent et ce qu’il nous faut réellement. Lorsqu’on est toujours occupé par les autres et leur vie, il est difficile de trouver le temps pour soi car on est plus souvent distraits. C’est pourquoi je recommande de prévoir un rendez-vous avec soi-même de temps en temps.» À cet égard, la vie de célibataire offre donc une belle occasion d’apprendre à se connaître et à mettre en évidence ses propres besoins. En même temps, on peut aussi en profiter pour savourer notre propre autonomie. À ce stade, on entend souvent dire qu’on peut vraiment profiter de sa «liberté» lorsqu’on est célibataire. «Il est important de souligner que les besoins d’autonomie peuvent aussi être très bien vécus en couple», rappelle Isabelle Bättig-Zehr.

Regarder vers l’avenir

«Il faut être honnête avec soi-même et avec les autres, communiquer ses besoins et ses souhaits. Il est important d’être conscient de ses capacités et de ses limites. Faire des rencontres peut s’avérer épuisant, éprouvant pour les nerfs et difficile pour l’estime de soi – c’est pourquoi il faut s’accorder une pause de temps en temps. Avoir envie d’être en couple ne signifie pas que l’on soit un célibataire désespéré, mais plutôt une personne authentique qui sait ce qu’elle veut.»

Texte Evgenia Kostoglacis 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT