Société Sport

Jeux Olympiques, découvrez les origines

02.06.2019
par Thomas Pfefferlé

Devenus une réelle institution sportive et médiatique de nos jours, les Jeux Olympiques sont issus d’une riche histoire. En remontant jusque dans l’Antiquité, nous vous proposons de redécouvrir les origines de cet événement devenu incontournable.

Tous les deux ans, les Jeux Olympiques d’été ou d’hiver se succèdent et passionnent le monde entier. Durant cette manifestation internationale, le public et les spécialistes suivent de près les performances des meilleurs sportifs de la planète. Cet événement est aussi et surtout devenu un rendez-vous dont l’aura sociale prime parfois sur les seuls résultats des compétitions. Fair-play, respect des adversaires, esprit de compétition sain ou encore multiculturalité constituent autant de valeurs clés des Jeux Olympiques. Pour les sportifs d’élite, la participation à cet événement si spécial représente un objectif unique. Il n’est d’ailleurs pas rare que, suite à leur expérience, les athlètes se fassent tatouer les fameux anneaux emblématiques de la compétition. Autant dire que dans une carrière sportive, cet événement dépasse l’ensemble des autres compétitions et rendez-vous auxquels les athlètes participent.

Nous vous proposons de revenir un peu en arrière pour remonter aux origines de la compétition.

Origines

Les Jeux Olympiques tels que nous les connaissons aujourd’hui ont une longue histoire qui remonte à l’Antiquité. Tout débute en Grèce il y a environ 3000 ans dans le Péloponnèse. Le nom des «Jeux Olympiques» vient en fait des concours sportifs qui se déroulaient à Olympie. La date exacte à laquelle ces festivités sportives ont débuté n’est pas claire. Néanmoins, il semblerait qu’elles aient commencés aux alentours de 776 av. J.-C. Tous les quatre ans, ces manifestations se déroulaient au même emplacement et cette période a alors donné naissance au terme «Olympiade». A cette époque, on avait ainsi coutume de compter le temps en Olympiades et non en années.

Les Jeux Panhelléniques regroupaient les Jeux d’Olympie (Jeux Olympiques), les Jeux de Delphes (Jeux Pythiques), les Jeux de l’Isthme (Jeux Isthmiques) ainsi que les Jeux de Némée (Jeux Néméens). Parmi tous ces évènements, les Jeux d’Olympie étaient considérés comme étant les plus importants.

En tant que véritable sanctuaire, Olympie revêtait un caractère sacré et comptait un espace qui abritait des temples, dont celui de Zeus. Aux alentours s’étendait l’espace profane au sein duquel se trouvaient des lieux dédiés à l’entraînement sportif, aux compétitions, à l’administration de ces événements et à l’accueil des hôtes qui se déplaçaient pour l’occasion. Olympie n’était alors habitée que par les prêtres et des personnes chargées d’entretenir les lieux. Il s’agissait donc des seuls autorisés à occuper ces espaces. Durant le déroulement de ces joutes sportives, athlètes, spectateurs, marchands et commerçants se retrouvaient aux alentours de la cité sanctuaire. Selon la littérature relatant ces événements historiques, les spécialistes estiment à 40 000 le nombre de personnes qui se déplaçaient pour les Jeux Olympiques.

Les premiers athlètes

Selon les différentes descriptions fournies par la littérature de l’Antiquité, il est possible de se faire une idée au sujet des athlètes qui s’affrontaient lors de ces compétitions. Un des faits les plus connus quant à la manière dont s’entraînaient et s’affrontaient ces sportifs concerne leur nudité. Les athlètes étaient reconnaissables car ils étaient représentés dans de nombreuses peintures et sculptures. Ils avaient pour habitude de pratiquer leur sport en étant nus. Une coutume qui s’explique notamment en raison du fait que ces sportifs étaient censés représenter un certain idéal d’harmonie et d’équilibre entre le corps et l’esprit. La conception philosophique de cette époque consistait alors à dire que seuls l’entraînement et le perfectionnement du corps et de ses capacités physiques pouvaient ensuite mener au développement de l’esprit. Un principe que l’on retrouve d’ailleurs dans la célèbre formule romaine mens sana in corpore sano – «un esprit sain dans un corps sain».

Pour l’entraînement, chaque cité antique disposait alors de son propre gymnase et de sa palestre. Des lieux au sein desquels les sportifs s’entraînaient alors que les jeunes hommes y recevaient leur éducation. Un enseignement qui pouvait comprendre autant des exercices physiques que mentaux. Dans ce sens, on pratiquait alors l’arithmétique, la musique, la grammaire ou encore la lecture parallèlement au sport.

Sélection pour participer aux Jeux

Afin de pouvoir anticiper aux Jeux Olympiques, un athlète devait être un homme grec libre. Femmes, esclaves et étrangers ne pouvaient en effet prétendre à une participation à ces joutes sportives et il était fréquent que les compétiteurs qui s’affrontaient étaient issus de riches familles. Les aptitudes et performances physiques étaient bien entendu importantes et constituaient aussi des critères de sélection.

Tout au long de l’histoire et jusqu’à aujourd’hui, les Jeux Olympiques ont ainsi motivé et incité les différentes régions du monde et leurs habitants à se dépasser et à repousser leurs performances physiques et mentales. Considérés par certains comme étant un élément clé dans la constitution de l’esprit de compétition au sens sain du terme, tant sur le plan sportif que social ou encore économique, les Jeux Olympiques n’ont cessé de passionner et rassembler les foules pour observer les meilleurs athlètes du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT