Lifestyle Santé Soins

Poux: ne plus se prendre la tête

22.03.2018
par Thomas Pfefferlé

Lorsque l’on attrape des poux, il n’est pas toujours facile de s’en débarrasser. De nombreuses idées reçues circulent par ailleurs à propos de ces petits hôtes indésirables. Tenaces, ces parasites sont à éliminer en suivant des protocoles bien spécifiques. Petit tour d’horizon de ce qu’il s’agit de faire lorsque les poux nous prennent la tête.

Attraper des poux constitue une situation problématique chez la plupart des personnes concernées. Lorsqu’un ou plusieurs de ses enfants rentrent de l’école avec ces petites bêtes, les parents peuvent être pris de panique. Par conséquent, ils se ruent sur les premiers produits disponibles en grande surface et n’hésitent pas à relaver draps, linges et habits de la maison à une température élevée et à maintes reprises. Pourtant, inutile de s’affoler ainsi et de tout nettoyer dans les moindres détails. Au contraire, il faut plutôt agir de manière réfléchie et ciblée. Pour cela, il convient d’en savoir un peu plus sur les poux. Notamment dans l’optique de mettre un terme aux nombreuses idées reçues et informations inexactes qui circulent depuis toujours à propos de ces petits hôtes indésirables.

Premièrement, on peut rappeler qu’attraper des poux est uniquement possible par le contact physique de tête à tête. Intéressés par notre sang, les poux n’ont en effet aucun intérêt à s’établir ailleurs. Il est donc très peu probable d’attraper ces parasites par un bonnet, une casquette ou encore par les draps et oreillers de la maison. Et les poux existent depuis de très nombreuses années. En effet, des chercheurs en auraient retrouvés des traces dans certaines tombes des pyramides égyptiennes.

A chacun ses poux

Présents sur les animaux comme sur les êtres humains, les poux ne peuvent pas s’attraper entre espèces différentes. Attirées dans un premier temps par les cellules de notre peau, ces petites bêtes ont muté au fil du temps et ont développé une physionomie pour pouvoir sucer notre sang. Contrairement aux piqûres de moustiques, on ne sent rien lorsqu’un pou se nourrit en pompant notre sang.

Sur l’être humain, il existe trois sortes de poux. Ceux de tête, du pubis et du corps. En raison du développement de l’hygiène, ceux du pubis et du corps s’avèrent particulièrement rares aujourd’hui. Ce qui explique que les plus fréquents sont ceux de tête. Ils infestent principalement les chevelures des enfants, du fait de leur interaction et de leur proximité, à l’école notamment. Et les filles, avec des cheveux plus longs que les garçons, facilitent la vie des poux pour leur propagation.

Marche à suivre en cas de doute

Avant d’entreprendre un traitement pour éliminer des poux, il est conseillé d’effectuer un diagnostic dans l’optique de s’assurer de leur présence. Pour cela, il s’agit d’abord d’humidifier la chevelure avant d’y appliquer un après-shampooing et de peigner les cheveux à l’aide d’un peigne normal puis d’un peigne spécifique pour les poux. Un procédé qui permet de les immobiliser pour éviter qu’ils n’aillent se cacher et d’identifier leur présence.

Traitements efficaces

Afin de traiter les poux, il s’agit d’opter pour des produits dont l’efficacité a été attestée par des études cliniques. Il faut également savoir que les poux présentent trois points d’attaque: le système nerveux, la peau et leurs orifices respiratoires. Si les insecticides – de plus en plus rares dans le commerce – s’attaquent de manière chimique à leur système nerveux en les irritant jusqu’à ce qu’ils meurent, les autres types de produits s’attaquent à leur peau ou à leurs trous respiratoires de manière physique, ce qui constitue une alternative sûre et efficace.

Les poux existent apparemment depuis de très nombreuses années puisque des chercheurs en auraient retrouvés des traces dans certaines tombes des pyramides égyptiennes.

Des huiles de silicone peuvent par exemple être utilisées. Des études cliniques permettent en effet de confirmer l’efficacité de ce type de produits. En recouvrant ces parasites d’un fin film, on les empêche ainsi d’évacuer l’eau qu’ils absorbent en se nourrissant de notre sang. Un mode d’action physique qui s’avère particulièrement sûr pour les éliminer, contrairement aux modes d’actions chimiques des insecticides auxquels les poux se sont partiellement adaptés en mutant pour leur résister. En outre, dans la gamme des produits attestés par des études cliniques, on trouve aussi sur le marché des sprays préventifs.

Si l’on identifie la présence de poux sur son enfant, il s’agit également d’informer directement l’école ou le jardin d’enfants. Il n’y a d’ailleurs aucune honte à avoir pour cela, car la présence de poux n’est pas due à un manque d’hygiène, comme certaines personnes le pensent encore. En agissant ainsi, on évite d’infester les autres élèves de la classe ou de l’établissement. Ce qui s’avère bénéfique pour les autres mais également pour soi, car cette démarche permet aussi d’éviter l’effet «ping-pong», et de voir son enfant rattraper des poux plus tard. Pour les éradiquer correctement et durablement, on veillera donc à observer cette mesure essentielle de communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT