50+ Lifestyle

Est-on plus zen après 50 ans?

25.08.2021
par Mohan Mani

Nombreuses sont les personnes qui croient qu’avec l’âge on puisse devenir plus zen. Mais est-ce vraiment le cas? Où se trouve la clé de la sérénité? La gérontologue Carmen Frei répond à nos questions. 

Avec l’âge vient la sagesse, dit-on. Si l’on en croit le dicton populaire, cela semble aller de pair avec une certaine sérénité. Après tout, on a déjà vécu et survécu à beaucoup de choses. Peut-on donc envisager une vision plus détendue de la vie lorsqu’on vieillit? «À mon avis, la sérénité a plus à voir avec la personnalité et les circonstances de la vie qu’avec l’âge», soutient Carmen Frei. On ne peut donc pas penser qu’en général la sérénité ait un lien avec la vieillesse, cela dépend des individus et de la situation.

Se détendre dans d’autres situations

De nombreuses personnes âgées sont nettement plus détendues avec leurs petits-enfants qu’avec leurs propres enfants. D’une part, ce calme vient de l’expérience: ils ont déjà élevé leur propre progéniture. D’autre part, la responsabilité indirecte est un soulagement. À d’autres moments, cependant, il peut en être tout autrement. «Lorsque nous voyons les mêmes personnes âgées s’occuper de leur propre parent, qui peut souffrir de démence, elles semblent souvent impatientes, irritables et stressées», explique Carmen Frei. En effet, cette expérience est souvent nouvelle et peut déclencher un sentiment d’insécurité.

Le mot magique: résilience

En général, avec l’âge, les problèmes de santé deviennent plus importants, tant pour soi-même que pour son entourage, et les décès de connaissances deviennent plus fréquents. Comment concilier cet aspect du vieillissement avec la sérénité? «C’est là que la résilience entre en jeu», explique Carmen Frei. «La résilience permet de survivre à des situations de vie difficiles sans impact durable.» Elle se compose de sept facteurs, qui sont décrits dans le «modèle de résilience à sept piliers». Il s’agit notamment de l’optimisme réaliste, de l’acceptation, de la responsabilité personnelle, de l’orientation vers les solutions, de l’auto-efficacité, du façonnement actif des relations et de l’orientation vers l’avenir.

Vous avez déjà surmonté beaucoup de choses

Bien qu’elles soient plus vulnérables – notamment face au coronavirus -, les personnes plus âgées font face aux changements et aux risques avec plus de tranquillité que les plus jeunes. «J’ai été en contact avec plusieurs personnes proches des 100 ans. J’ai remarqué que, par rapport à des membres plus jeunes de leur famille, celles-ci sont beaucoup plus détendues face à la pandémie de coronavirus», explique Carmen Frei. «Ces personnes  ont connu d’autres maladies graves, similaires ou non au Covid-19, elles ont vécu des années marquées par la guerre et ont déjà surmonté d’innombrables maladies, coups du sort et pertes. Je crois que toutes ces expériences leur ont appris à avoir confiance en leurs propres forces vitales et à affronter les défis et les problèmes avec confiance.»

Vieillesse et amertume

Ceux qui font le bilan de leur vie à un âge avancé ne tirent pas seulement force et paix du passé. Certains peuvent se souvenir de décisions regrettables et de choses qu’il aurait fallu faire différemment. Le regret est un sentiment important. Les personnes qui ne font pas face à ces sentiments avec franchise courent le risque de tomber dans l’amertume. «Aujourd’hui, vieillir est une phase de la vie qui doit être abordée de manière consciente», explique Carmen Frei. «Si vous prenez votre retraite anticipée à soixante ans, vous devez vous attendre à pouvoir passer trente ans ou même plus à la retraite. C’est exigeant à bien des égards.»

Une vie pleine de sens

Si l’on parvient à vieillir de manière consciente, on peut tirer un bénéfice énorme de cette période de la vie. Il n’est jamais trop tard pour apprendre à mieux se connaître. Dans ce processus, il peut être élémentaire de faire face au passé et de se tourner vers l’avenir. «Les personnes qui donnent un sens à leur existence sont également plus à même de laisser tomber les choses difficiles, de se pardonner et de pardonner aux autres. Plus une personne garde son sac à dos de vie léger, moins l’amertume l’envahit.»

Ralentir et vivre en pleine conscience

On peut apprendre à vivre avec une certaine sérénité. Dans ce cadre, les pratiques de décélération comme le yoga, la méditation ou la pleine conscience peuvent nous aider. «Elles aident à garder le sang-froid dans les situations difficiles», explique Carmen Frei. Par ailleurs, il est aussi important d’être optimiste. «Si vous n’avez pas la force de trouver des solutions, il est difficile de garder le sang-froid», explique Carmen Frei. Il est également utile de définir la sérénité pour soi-même. «La sérénité peut avoir différents synonymes: prudence, discipline ou lenteur, par exemple.» La question est donc de savoir comment on veut vivre la sérénité pour soi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT