cancer du sein
Lifestyle Femmes Santé

Cancer du sein: «J’ai retrouvé mon ancienne vie»

06.05.2022
par Kevin Meier

À 62 ans, Doris Berger Truninger vient de terminer la chimiothérapie suite à son deuxième cancer du sein. Dans cette interview, elle raconte comment elle a vécu ces deux maladies et ce qu’elle aimerait transmettre à toutes les femmes.

Doris Berger Truninger, comment le cancer du sein vous a-t-il été détecté la première fois?

Il y a environ trois ans, j’ai changé de gynécologue. Lors d’un contrôle de routine, alors que je devais me dénuder le haut du corps, celle-ci a déjà vu pendant le déshabillage que quelque chose n’allait pas. Elle n’a même pas eu besoin de me toucher ; elle l’a vu à la poitrine, qui présentait une peau d’orange. Bien que je m’autopalpe régulièrement depuis six mois déjà, conformément aux recommandations de la Ligue contre le cancer, je n’avais pas remarqué ce changement. La gynécologue m’a expliqué qu’il ne suffisait pas de se palper, mais qu’il fallait aussi regarder la texture de la peau du sein devant un miroir, le bras au-dessus de la tête, en faisant des cercles. J’aurais donc pu le détecter plus tôt. Cela signifie qu’il faudrait mieux instruire les femmes.

Quel traitement avez-vous suivi?

À l’époque, il s’agissait de trois tumeurs hormono-sensibles. Cela signifie qu’elles ont besoin d’hormones pour se développer. Il s’en est suivi une opération au cours de laquelle le tissu glandulaire du sein et le ganglion lymphatique sentinelle ont été enlevés. Parallèlement, une reconstruction du sein a été effectuée à l’aide d’un implant. Malheureusement, après l’opération, l’examen des tissus a révélé une autre tumeur, de sorte qu’une deuxième opération a dû être effectuée. J’étais contente de ne devoir prendre que des antihormones par la suite.

Ma famille, mes cinq enfants et mes dix petits-enfants ont été d’un grand soutien.

Comment s’est déroulé le deuxième diagnostic?

Après mon premier cancer du sein, j’ai fait un contrôle trimestriel. On a à nouveau découvert trois tumeurs entre l’implant et le petit reste du sein. Mais cette fois-ci, elles étaient hormono-négatives. La probabilité de développer deux types de cancer différents du même côté est de l’ordre du pour mille. Je devrais probablement jouer au loto (rires). Cette fois, il n’y avait plus d’autre solution que d’enlever tout le sein et 20 autres ganglions lymphatiques. Une chimiothérapie concomitante et ensuite une radiothérapie supplémentaire ont également été nécessaires. 

Comment avez-vous vécu le traitement sur le plan émotionnel?

La première fois, je ne l’ai pas ressenti comme «grave». J’étais consciente de ce que j’avais, car il ne s’agissait pas de tumeurs malignes à croissance rapide. Comme je suis plutôt pragmatique, je savais que mes chances de survie étaient très bonnes. Le cancer ne m’était pas totalement inconnu. J’y avais déjà été souvent confrontée, car je couds des chapeaux pour les personnes qui perdent leurs cheveux à cause de la chimiothérapie. Mais la manière dont les gens me parlaient comme si j’étais fragile était plutôt épuisante. Lorsqu’on me parlait normalement, je répondais toujours que je me sentais bien.

Qu’est-ce qui vous a aidé à traverser cette période?

J’ai commencé à écrire chaque semaine une sorte d’infomail pour expliquer le déroulement d’un traitement. Pour moi, c’était aussi une forme de traitement. De même, ma famille, mes cinq enfants et mes dix petits-enfants ont été d’un grand soutien. J’ai donc plutôt bien surmonté cette période de traitement. Mon objectif a toujours été de revenir à une vie normale, dont j’étais plus que satisfaite.

Avez-vous ressenti des peurs particulières?

Après l’ablation des ganglions lymphatiques, de nombreuses femmes ont des restrictions de mobilité des bras et développent parfois un lymphœdème. C’est pourquoi je me suis battue avec l’oncologue et le chirurgien pour chaque ganglion lymphatique (rires). Malgré tout, 20 d’entre eux ont été enlevés, mon combat a donc été vain. Après la troisième opération du sein, il y a effectivement eu des restrictions pendant une courte période, mais au bout de six semaines, j’ai retrouvé ma vie d’avant, notamment grâce à la physiothérapie. Comparé à ce que d’autres doivent endurer, je suis très heureuse de ne plus avoir de restrictions.

Quel est votre point de vue sur les traitements du cancer du sein en général?

Qu’il s’agisse d’un centre du sein ou d’une clinique privée, l’éventail des résultats va du beau au terrible. Malheureusement, les personnes concernées ne se préoccupent pas de savoir à quoi ressemblent les femmes après de telles opérations ou à quel point elles sont limitées. De toute façon, on marche sur des œufs après un traitement de dix mois. Il est important pour moi de dire que les femmes devraient en savoir plus sur les effets concrets du traitement du cancer du sein. 

Toutes les femmes devraient parler à leur gynécologue de la possibilité d’un cancer du sein avant de tomber malades.

Quel message souhaitez-vous transmettre à celles qui ont reçu un diagnostic de cancer du sein? 

Il faut prendre son temps et s’informer en détail. De nombreux cancers du sein ne sont pas très agressifs, de sorte qu’il n’est pas nécessaire de décider tout de suite laquelle des voies de traitement on doit suivre. Immédiatement après le diagnostic, je voulais seulement me couper radicalement les seins. Cependant, six semaines se sont écoulées avant que je ne sois opérée. Pendant cette période, je me suis réconciliée avec mon corps. Bien entendu, il y a des femmes qui souhaitent être opérées rapidement et d’autres pour qui tout va trop vite. Chez les jeunes femmes, la fertilité et la perte de cheveux sont des sujets de préoccupation majeurs. Dans ce contexte, l’échange entre les personnes concernées est très utile. Chaque traitement modifie le sein. Parfois, il faut aussi une prothèse mammaire. Il me tient à cœur que les femmes s’adressent pour cela à des magasins spécialisés où des experts peuvent, grâce à leurs connaissances et à leur expérience, proposer la prothèse et le soutien-gorge adéquats. Ils sont également le bon endroit pour un traitement compétent de l’œdème lymphatique.

Quel message souhaitez-vous transmettre à toutes les femmes?

Mon conseil est que toutes les femmes devraient parler à leur gynécologue de la possibilité d’un cancer du sein avant de tomber malades. De cette manière, la femme est déjà un peu au courant des options et des traitements avant de devoir prendre une décision. Je constate qu’il est difficile d’obtenir un aperçu objectif des opérations et des thérapies avec leurs avantages et leurs inconvénients. Ces informations devraient également être disponibles pour les personnes non concernées.

Interview Kevin Meier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT