Lifestyle Santé

Les rêves: précieux récits ou histoires à dormir debout?

07.05.2021
par Andrea Tarantini

Que sont les rêves? Une question simple, voire simpliste d’apparence. Et pourtant, personne ne semble en détenir la réponse claire.

Les neuroscientifiques, psychanalystes et philosophes gambergent depuis des lustres, sans jamais parvenir au consensus. À l’heure où les transplantations d’organes vitaux et la nanotechnologie sont des réalités de notre monde, les simples rêves eux restent voilés de mystères insolubles. Un sujet qui pourtant nous concerne tous, chaque nuit, depuis l’aube du temps.

La science du rêve

Selon plusieurs écoles, il n’y aurait aucune signification particulière aux rêves (tordus, troublants, prémonitoires, lucides, etc.) que nous faisons.

Peut-être que le rêve n’est rien de plus qu’une production mentale aléatoire qui survient pendant le sommeil. Une définition pas franchement folichonne à laquelle se cantonnent pourtant les sciences contemporaines (neuropsychologie, neurobiologie et neurophysiologie). Selon ces écoles, il n’y aurait aucune signification particulière aux rêves (tordus, troublants, prémonitoires, lucides, etc.) que nous faisons – fin de l’histoire et bonne nuit. À l’opposé du spectre et deux siècles en arrière, ce bon vieux Sigmund Freud définissait le rêve comme la «voie royale vers l’inconscient». Selon le psychanalyste chercheur, les rêves expriment et révèlent les angoisses, les préoccupations superficielles ou existentielles, les désirs et les pulsions que chacun cache à tout le monde, y compris à soi-même! Et si le rêve était en fait une mine d’or de renseignements sur soi?

Au-delà du rêve

Y’a-t-il donc une possibilité pour que le rêve soit un pont entre nous et l’ailleurs, un pont que nous traversons chaque nuit?

En avance sur notre monde à bien des égards, les anciennes civilisations offraient peut-être un bout de vérité sur le rêve avec leurs théories ésotériques qui, étrangement, se recoupent. Que ce soit dans les Védas (textes religieux indiens, 1500 av. J.-C.), les écritures d’Egypte antique, les grandes œuvres telles que le fameux T’ung Shu chinois (ou «Tung Shi»), ou encore dans les mythes grecs, l’on retrouve systématiquement l’exacte même théorie: le rêve comme voyage de l’âme vers d’autres sphères.
Ces théories exigent toutefois de se détacher un instant du boulet de scepticisme désabusé et assez typique de nos contrées occidentales. Après tout, on ne peut ignorer des millions de témoignages à travers les millénaires, ces innombrables récits de parfaits anonymes ou illustres personnages qui relatent des conversations avec des personnes disparues ou quelque entité, des révélations et autres visions reçues en rêve. Alexandre Le Grand, par exemple, a rapporté qu’on lui avait indiqué en rêve une plante spécifique, celle-là même qui a servi à guérir la blessure gravement infectée de son ami (et astronome de renom) Claude Ptolémée. Quant à Descartes, il avait soutenu que son légendaire Discours de la méthode lui était venu en rêve. Y’a-t-il donc une possibilité pour que le rêve soit un pont entre nous et l’ailleurs, un pont que nous traversons chaque nuit?

Frère Jacques, rêvez-vous?

Quelle que soit la définition à laquelle on souscrit, il est toujours intéressant de se souvenir de ses rêves, ne serait-ce que pour l’aspect ludique et/ou la garantie d’avoir quelque chose de croustillant à raconter aux collègues pendant la pause café.
Si on ne sait pas pourquoi on rêve, les chercheurs ont toutefois été en mesure de prouver que tout le monde rêve, à chaque fois qu’il dort, et cela sans exception aucune.
En d’autres termes, malgré l’incapacité de certaines personnes à se les remémorer, les rêves sont néanmoins bien réels pour tous. Mais les obstacles sont nombreux. Après tout, lorsqu’on rêve, il n’y a aucune possibilité de prendre des notes ou se repasser une scène, ni aucun moyen d’user des stratégies usuelles afin de fixer une information dans la mémoire à long terme. De plus, certaines capacités mnésiques sont considérablement affaiblies pendant le sommeil. En conséquence, se remémorer un rêve peut être une tâche difficile, du moins au début.

Une technique simple, accessible à chacun et peu coûteuse en termes de temps et d’efforts fait ses preuves: il s’agit de muscler sa mémoire selon un procédé spécifique.

Comment se souvenir de ses rêves?

Comme toute discipline, la capacité à se rappeler ses rêves peut se travailler, afin d’y
parvenir avec grande aisance chaque matin. Une technique simple, accessible à chacun et peu coûteuse en termes de temps et d’efforts fait ses preuves: il s’agit de muscler sa mémoire selon un procédé spécifique. La séance de musculation démarre dans le lit, le soir, lorsqu’on se couche avant de rejoindre les bras de Morphée. L’exercice consiste à «remonter» sa journée en pensée, comme suit: «Où étais-je juste avant de me coucher? Et juste avant? Et l’instant d’avant encore?», et ainsi de suite jusqu’au moment du lever. Dans les premiers temps, la mémoire flanche très rapidement et il s’avère difficile de remonter au- delà du début de soirée. Un soupçon de persévérance au fil des jours (ou plutôt des nuits) finit toujours par porter ses fruits. Lorsqu’on est capable de se repasser l’historique de sa journée entière selon cette technique retrospective, la mémoire est alors assez musclée. Il suffira ensuite d’appliquer le même procédé au réveil, afin de se rappeler ses rêves: «Où étais-je juste avant de me réveiller? Et juste avant?», et ainsi de suite au fil des rêves qui se dévoilent à nous aisément.

Pour beaucoup, prendre quelques minutes le matin pour rédiger ses rêves est une activité hautement grisante, révélatrice de scénarios hilarants, grandioses et toujours surprenants. Il est toutefois conseillé de conserver son carnet onirique (et les bizarreries relatées à l’intérieur) à l’abri des regards indiscrets. Et si des curieux insistent pour le lire, une seule réponse s’impose: «Même pas en rêve!»

Texte Natacha Mbangila

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT