Lifestyle Santé

Le régime, cette fausse bonne idée

07.05.2021
par Andrea Tarantini

Fausses vérités, désinformation, arguments marketing et idées reçues: trop souvent, les uns et les autres déblatèrent des salades autour de l’amincissement.

BOOM! Une nouvelle publicité pop-up surgit au beau milieu de l’écran. Dans la vidéo, un musclor s’exprime, torse nu, depuis le bord de sa piscine: «Bonjour, mon nom est Charles Attan et je suis spécialiste en nutrition». S’en suit généralement une longue tirade pseudo-scientifique sur le pouvoir amincissant du brocoli, soit l’ingrédient principal du programme minceur commercialisé par Charles à prix d’or. Afin de déconstruire les idées reçues qui mènent souvent à des échecs, zoom sur les trois des plus gros mythes qui pèsent sur le régime alimentaire.

Les statistiques ne mentent pas: 95% des personnes qui ont entrepris un régime reprennent du poids dans les semaines, mois ou années qui suivent.

«Le seul moyen pour maigrir, c’est de faire un régime.»

Les statistiques ne mentent pas: 95% des personnes qui ont entrepris un régime reprennent du poids dans les semaines, mois ou années qui suivent. Avec ses fortes probabilités d’échec (reprise de poids partielle, totale ou supérieure) ainsi que ses aspects contraignants, le régime repose sur le cercle vicieux suivant:

  1. Se forcer à adopter certaines habitudes alimentaires pendant une période donnée.
  2. Parvenir (plus ou moins) à les implémenter dans son existence.
  3. Perdre (éventuellement) du poids.
  4. À la fin du régime (et parfois avant), revenir à ses anciennes habitudes alimentaires.
  5. Reprendre du poids (et retour à l’étape 1.)

En clair, si le régime était une voiture, il faudrait la pousser à bout de bras à chaque
démarrage et la faire réparer plusieurs fois par année… On a connu mieux comme
investissement de temps et d’argent! Alors pourquoi tant de personnes optent-elles pour la diète? Tout simplement parce qu’elles sont mal informées. Et même lorsqu’un régime strict n’est pas suivi, certaines idées reçues persistent.

La formule suivante est toujours vraie: pour perdre du poids, l’apport calorique doit être inférieur à la dépense.

«Pour maigrir, il faut impérativement manger moins.»

Ce mythe découle d’une vérité mal interprétée. En effet, la formule suivante est toujours
vraie: pour perdre du poids, l’apport calorique doit être inférieur à la dépense.
Toutefois, réduire son apport calorique ne signifie pas toujours manger moins! Exemple
trivial: si l’on remplace 100g de pâtes (350 calories en moyenne) par 100g de quinoa (116 calories), il s’agit de l’exacte même quantité de nourriture. On n’a pas «mangé moins» mais l’apport calorique est bel et bien réduit: telle est la clé de l’amincissement intelligent et surtout durable! Plutôt que de s’affamer et de multiplier les frustrations, il est primordial d’effectuer des changements raisonnables et graduels dans son alimentation. Pour durer dans le temps, ces changements doivent être compatibles avec ses propres goûts. Et, contrairement à la croyance générale, mincir et se faire plaisir c’est tout à fait possible: un burger fait maison à la viande de dinde plutôt qu’un menu fast food, de succulentes tartines au thon et à l’avocat qui remplace la mayonnaise, ou encore de délicieux pancakes à base de bananes et flocons d’avoines. Bref, il existe d’infinies possibilités bien plus enthousiasmantes que les tristes bâtons de céleri, imposés par le régime. S’alimenter devrait toujours rester un plaisir et non pas une source d’anxiété ou de contrariété. Au fil du temps, les nouveaux choix diététiques se transforment en réflexes, puis les réflexes se métamorphosent en nouvelles habitudes alimentaires en accord avec soi-même, son style de vie ainsi que les objectifs visés. Et bye bye l’effet yoyo!

Mais revenons un instant sur la formule magique:
Pour perdre du poids, l’apport calorique doit être inférieur à la dépense.
La dépense, c’est le nombre de calories brûlées. Et pour brûler des calories, on se dépense! Toutefois là aussi, un autre mythe subsiste.

Afin d’observer des changements concrets sur sa silhouette, il ne faut pas forcément s’entraîner plus.

«Pour maigrir, il faut faire du sport tous les jours»

Elle est l’une des plus grandes sportives de tous les temps. Dans sa discipline, son palmarès est l’un des plus impressionnants de l’Histoire… Et pourtant, même Serena
Williams ne s’entraîne pas tous les jours! Afin d’observer des changements concrets sur sa silhouette, il ne faut pas forcément s’entraîner plus: il s’agit plutôt de s’entraîner mieux. En effet, le corps continue de brûler les graisses tout seul, comme un grand, pendant 48 heures après l’effort cardiovasculaire: il n’est donc pas nécessaire d’enchaîner de longues séances de cardio jour après jour. Contre-indiquée par les spécialistes, l’activité physique excessive s’avère également contreproductive: il est impératif de laisser le corps se reposer et récupérer, car c’est durant la nuit qu’il se régénère et travaille à dessiner la silhouette.
Finalement, la perte de poids peut s’apparenter à un rouleau de papier toilette (un trésor rare à notre époque): lorsqu’on en retire une feuille chaque jour, le rouleau s’amincit, même si les changements sont imperceptibles au quotidien. Il est donc important de se montrer clément avec soi-même, d’effectuer les bons choix diététiques et sportifs, tout en faisant confiance au processus. Une perte de poids saine, durable et visible est accessible à n’importe qui, mais pas n’importe comment.

Texte Natacha Mbangila

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT