frau in vr. symbolbild jeunes femmes en sciences
iStockPhoto/gremlin
Articles sponsorisés Femmes

Ouvrir les horizons des jeunes femmes en sciences

19.04.2024
par SMA

Edith Schnapper est responsable de la Promotion de la relève à l’Académie Suisse des Sciences Techniques SATW. Avec son équipe, elle s’occupe d’un programme de mentorat unique en Suisse qui vise à soutenir les jeunes femmes dans les sciences et la technique.

Edith Schnapper, qu’est-ce que Swiss TecLadies ?

Swiss TecLadies est le programme national d’encouragement à la relève de l’Académie suisse des sciences techniques (SATW). Lancé en 2018, il s’adresse aux jeunes femmes de 14 à 19 ans. Pendant sept mois, les 100 mentorées sont accompagnées individuellement par une femme mentore active dans un métier scientifique ou technique. L’objectif du programme est de donner aux jeunes filles une idée réaliste des disciplines techniques pour qu’elles puissent faire leur choix en conscience. Pour ce faire, le programme intervient à différents niveaux : renforcement de la personnalité, renforcement du sentiment d’appartenance et sensibilisation de l’entourage proche des filles. Le programme est ouvert à toute jeune fille curieuse et ouverte, indépendamment de son niveau scolaire.

Pourquoi un programme de ce type ?

Nous souhaitons que tous les jeunes, et en particulier les filles, puissent avoir accès à toutes les disciplines, tous les métiers, que tous les possibles leur soient ouverts. C’est à la période clef de l’adolescence que se cristallise le manque de confiance des filles en leurs compétences dans les matières MINT (et plus particulièrement en mathématiques), les conduisant à se détourner de ces métiers. C’est pour cela que nous avons intégré un pilier « renforcement de la personnalité » dans notre programme Swiss TecLadies avec pour objectif de donner confiance aux jeunes filles, de leur donner des clefs pour faire leurs choix en conscience. Ici, il y a convergence de plusieurs facteurs : le stéréotype « masculin » associé aux métiers techniques (le cliché du geek), les biais inconscients véhiculés dans l’espace de socialisation qu’est l’école, mais aussi le manque de rôle modèle.

Pourquoi les rôles modèles sont-ils si importants ?

Lorsque nous parlons de modèle, nous pensons à des femmes auxquelles il est possible de s’identifier, avec des trajectoires familiales diverses, de tous âges, des intérêts personnels et loisirs variés. Celles-ci peuvent également échanger avec leur mentorée sur les éventuelles difficultés qu’elles ont rencontrées et comment elles ont dépassé ces problèmes pour trouver leur voie. Le message que nous voulons passer aux jeunes filles et femmes : les métiers techniques sont variés, passionnants et ont un rôle central dans nos sociétés, alors il faut oser !

Quels sont les enjeux du manque de femmes dans ces professions ?

D’abord, d’un point de vue purement économique, les études récentes chiffrent autour de 120 000 professionnelles qui viendront à manquer sur le marché du travail d’ici à 2030. Ensuite, d’un point de vue de la représentativité dans des professions qui « créent le monde », on comprend facilement que le manque de diversité contribue à perpétuer une certaine image du monde véhiculée par un profil type (homme souvent blanc, plutôt jeune), avec des angles morts et des conséquences gravissimes (santé, sécurité etc.). La non-représentation des femmes et plus généralement d’autres catégories de population est parfois balayée d’un revers de la main (« elles ne veulent pas aller dans les MINT, on ne va pas les obliger ! »). Mais nous l’avons dit, les choix s’inscrivent dans des contextes sociaux dans lesquels les rôles genrés sont encore prégnants.

Concrètement, que se passe-t-il pendant le programme ?

Le programme sera lancé le 28 septembre 2024 et se clôturera le 5 avril 2025. Au programme pour ces sept mois : des visites dans des entreprises et des institutions de recherche, notamment au CSEM (le 11 décembre 2024), chez Google (le 27 novembre 2024), au CERN (le 31 janvier 2025), à l’EPFL (le 8 mars 2025). Les visites dans les autres zones linguistiques sont aussi ouvertes pour les jeunes filles de Suisse romande si intérêt. Des modules de renforcement de la personnalité ainsi que des ateliers en mode projet complètent cette proposition. Les jeunes filles peuvent également participer à tous les TecDays, journées de la SATW dédiées à la technique pour le secondaire II avec des trois modules de 1h30 au choix sur une journée. Les jeunes filles obtiennent un certificat de participation à la fin du programme.

Et après le programme de mentorat ?

Une fois le programme terminé avec succès, les anciennes mentorées et mentores intègrent le network Swiss TecLadies, le réseau d’alumnae. Elles continuent d’avoir accès à des personnes ressources et des informations dans les différentes étapes de leur parcours. Le réseau compte aujourd’hui plus de 500 membres.

Inscriptions possibles jusqu’au 26 avril sous tecladies.ch

Smart
fact

SATW – technology for society

L’Académie suisse des sciences techniques (SATW) est le plus important réseau d’expertes et experts dans le domaine des sciences techniques en Suisse et est en contact avec les plus hautes instances suisses pour la science, la politique et l’industrie. Le réseau se compose de membres individuels élus, de sociétés membres et d’experts et d’expertes. Sur mandat de la Confédération, la SATW identifie les développements technologiques importants pour l’industrie et informe les politiques et la société de leur importance et de leurs conséquences. En tant qu’organisation spécialisée jouissant d’une grande crédibilité, elle transmet des informations indépendantes, objectives et globales sur la technologie – comme base pour une formation d’opinion fondée. La SATW encourage également l’intérêt et la compréhension de la technique au sein de la population, en particulier chez les jeunes. Elle est politiquement indépendante et non commerciale.

www.satw.ch

Logo SATW


 

Edith Schnapper,Responsable de la Promotion de la relève à l’Académie Suisse des Sciences Techniques SATW

Edith Schnapper
Responsable de la Promotion de la relève à l’Académie Suisse des Sciences Techniques SATW

Edith Schnapper est titulaire d’un master bilingue en sciences politiques appliquées et d’un CAS en éducation numérique de l’université de Saint-Gall. Elle a débuté sa carrière dans le conseil en politiques publiques et la diplomatie économique avant de rejoindre l’Académie suisse des sciences techniques SATW. Elle est passionnée par l’éducation et les questions de genre et croit fermement que la réalisation de l’équilibre entre les sexes est l’une des clés vers une société plus inclusive et tolérante. Elle siège dans divers comités et associations, notamment au sein de la EU-STEM Coalition, de la Swiss Young Academy et des associations IngCH et GirlsCodeToo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT