Interview par Andrea Tarantini

« L’architecture contemporaine raconte toute notre fragilité »

L’architecte suisse Mario Botta a toujours aimé recouper et remodeler la réalité au travers de son métier. Dans l’interview qui suit, il déconstruit sa vision de l’architecture.

Mario Botta, dans quel sens l’architecture est-elle un moyen de communication ?

Toute œuvre architecturale raconte la vie des Hommes, leur façon de travailler, de fonctionner, de vivre, d’entrer en relation avec d’autres personnes ou avec les événements, d’aimer… L’architecture est le mode de vie de l’Homme, l’expression formelle de l’Histoire humaine.

À votre avis, qu’est-ce que l’architecture d’aujourd’hui dit de nous ?

L’architecture contemporaine raconte toute notre fragilité. C’est une forme expressive de la communauté qui est très fragmentée. Notre ville est une expression de la grande ruée de l’Homme contemporain.

Dans Silence and Light, l’architecte américain Louis Kahn écrit : « La première action de l’architecte consiste soit à retrouver le sens d’une croyance dominante, soit à trouver une nouvelle croyance qui soit en quelque sorte dans l’air ». Qu’en pensez-vous ?

Louis Kahn est peut-être l’architecte le plus important du XXème siècle. Il a posé les problèmes des origines de la construction et a travaillé sur l’idée que l’architecture d’aujourd’hui ne peut pas exprimer uniquement des faits fonctionnels, distributifs et commerciaux. Kahn avait l’habitude de dire que pour l’architecte, le passé est comme un ami, car à travers lui, nous reconnaissons l’identité d’une Histoire qui nous appartient.

Vous soutenez que « le foyer est un élément protecteur, le refuge par excellence ». Pourquoi ?

Chaque jour que nous passons à courir contre la montre, nous ressentons le besoin de retourner à la maison, qui est comme un ventre maternel, pour nous retrouver, retrouver des amis, des parents ou des amours. La maison comporte une valeur primaire, absolue et indispensable que nous devons apprendre à apprécier.

Le psychanalyste Alberto Eiguer affirme que « la maison a un inconscient » dans le sens où ce que nous projetons sur cet espace est le résultat de forces inconscientes. Quelle est votre opinion ?

Dans nos maisons, nous nous retrouvons nous-mêmes avant tout. La maison est comme un habit pour l’Homme, une structure spatiale conviviale, peut-être la première et la plus essentielle, qui rythme sa vie.

Qu’est-ce qui caractérisera les maisons de demain ?

Elles seront construites avec la passion et le dévouement que l’Homme saura définir. La maison de demain n’est rien d’autre que la maison d’hier mise à jour avec les matériaux et les aspirations de l’Homme de demain. Elle sera véridique, en phase avec les exigences d’une vie que nous ne connaissons pas encore.

Interview Andrea Tarantini
Photo Claude Dussex & Enrico Cano

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

30.06.2022
par Andrea Tarantini
ARTICLE PRÉCÉDENT