Femmes Lifestyle Santé

Règles douloureuses: que faut-il savoir à ce propos?

21.07.2021
par Andrea Tarantini

La plupart des femmes le savent: chaque mois, lorsque les règles se présentent, ce n’est jamais un plaisir – et surtout lorsqu’elles sont douloureuses. 

Environ 80% des femmes souffrent de douleurs menstruelles sévères. Mais pour quelles raisons? “Le coupable est une hormone appelée prostaglandine, qui est produite en quantité croissante dans l’utérus à la fin de chaque cycle. Pour que la muqueuse soit éliminée pendant les règles, cette hormone augmente la capacité de la couche musculaire à se contracter”, explique Gloria Ryu, médecin en chef en gynécologie à l’hôpital universitaire de Zürich. Et c’est exactement ce qui provoque les crampes qui sont souvent insupportables. En outre, les prostaglandines sont également capables de sensibiliser les récepteurs de la douleur. En d’autres termes, cela augmente la sensibilité à la douleur chez les femmes en période de menstruation. “Les vaisseaux se resserrent pendant les menstruations. Cela signifie que l’utérus est automatiquement alimenté par moins de sang, ce qui entraîne aussi des douleurs désagréables”, explique la gynécologue.

Fatigue 

L’épuisement qui accompagne les menstruations rend difficile la vie quotidienne de nombreuses femmes. Contrairement à ce que l’on croit, cela n’est pas dû à la perte de sang pendant les règles. “Après tout, vous n’excrétez que 20 à 60 millilitres de sang pendant une menstruation normale”, explique Gloria Ryu. Les hormones sont la principale cause des douleurs menstruelles. “Peu avant l’apparition des saignements, on observe une baisse du niveau d’œstrogènes et de progestérone. On suppose que cette baisse d’hormones affecte les circuits de régulation de l’organisme et que ceux-ci, entre autres, entraînent également un sentiment de fatigue.” De même, les douleurs ne permettent pas de jouir d’un bon sommeil, ce qui augmente davantage l’état de fatigue. L’experte en gynécologie souligne en outre que notre mode de vie a également une grande influence sur notre bien-être pendant les menstruations.

Problèmes de digestion

En général, les gens n’aiment pas parler de flatulences et de diarrhées. Mais, dans ce cadre, il est important d’en discuter. Environ un tiers des femmes connaissent une accumulation accrue de gaz dans l’estomac et les intestins pendant leurs règles. Nombreuses sont également celles qui ont des selles molles ou liquides pendant cette période et qui ne savent pas vraiment quelle en est la cause. “Encore une fois, les hormones sont à l’œuvre ici. D’une part, les prostaglandines augmentent l’activité des intestins, ce qui peut entraîner des diarrhées. D’autre part, la progestérone provoque une relaxation des muscles lisses et ralentit l’activité intestinale. Cela peut ensuite entraîner des ballonnements et de la constipation”, explique Gloria Ryu. Pour éviter cela, il est judicieux d’adapter son régime alimentaire, en particulier dans la seconde moitié du cycle. “Pendant cette période, il faut consommer des aliments riches en fibres, comme les produits à base de céréales complètes, les légumes et les fruits. Ils agissent généralement avec succès contre les symptômes intestinaux.”

Douleurs inhabituelles

Pendant leurs règles, les femmes se plaignent souvent d’une sensation d’oppression au niveau des seins ou d’une sensation de tiraillement dans le dos. “La tension dans les jambes est due à une rétention d’eau croissante. La production accrue d’hormones sexuelles féminines (œstrogènes et progestérone) influence l’équilibre électrolytique. Dans le même temps, les hormones favorisent la perméabilité des parois des vaisseaux aux liquides et aux protéines du tissu conjonctif. Cette modification de l’équilibre hydrique entraîne une augmentation secondaire de la libération d’hormones telles que l’angiotensine, l’ADH, la rénine et l’aldostérone. Celles-ci augmentent la sensation de soif et provoquent des tensions dans les jambes”, éclaircit Gloria Ryu.

Migraines menstruelles

Plus de 50% des femmes parlent aussi d’une migraine qui survient en même temps que leurs règles. Le terme utilisé pour décrire cette migraine est “La migraine menstruelle”. En général, les migraines commencent un à deux jours avant le début des menstruations.” Souvent, elles peuvent être très sévères et durer longtemps. Elles apparaissent généralement avant, pendant ou immédiatement après les règles, c’est-à-dire pendant l’ovulation. Gloira Ryu explique que c’est la baisse des œstrogènes qui est responsable des migraines. “Le manque soudain d’œstrogènes permet à la douleur d’être signalée de manière plus intense dans le système nerveux, ce qui réduit la protection contre les maux de tête.”

Lutte contre les douleurs menstruelles 

L’approche des douleurs menstruelles varie en fonction du type et de l’ampleur des symptômes. Si certains prescrivent le yoga et les bouillottes, d’autres trouvent utiles les thés antispasmodiques ou les remèdes à base de plantes comme le poivre de moine, le millepertuis ou le gingko. “Il n’y a rien de mal non plus à faire du sport, tant que l’on se sent bien et que l’on en a envie. Certaines femmes oublient souvent qu’avec un tampon on peut aussi nager – bien évidemment, il faut le changer après. Il n’y a rien de mal non plus à avoir des rapports sexuels pendant les règles, tant que les deux partenaires se sentent à l’aise”, explique Gloria Ryu. Pour les femmes menstruées présentant des symptômes plus sévères, “il existe des analgésiques tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens – également connus sous le nom d’AINS – qui peuvent aider à soulager les douleurs. Il s’agit par exemple de l’ibuprofène, du naproxène ou du diclofénac qui inhibent tous la synthèse des prostaglandines et réduisent les symptômes des crampes”, explique Gloria Ryu. 

Pilule contraceptive: à utiliser avec prudence

Bien que le sujet soit controversé, afin de limiter les douleurs menstruelles et s’assurer de bénéficier d’une contraception sûre, les femmes utilisent plus souvent la pilule contraceptive. “Dans ces cas, l’utilisation d’inhibiteurs de l’ovulation comme la pilule contraceptive est possible.” Ce dernier contient des hormones artificielles équivalentes aux œstrogènes et à la progestérone. Ils réduisent finalement la force des saignements menstruels et la formation de prostaglandines. “La pilule freine les œstrogènes et la progestérone grâce à ses principes actifs. La diminution de la production de prostaglandines réduit alors de manière significative les douleurs abdominales basses ou les maux de tête. En outre, la prise de la pilule réduit la formation de la muqueuse utérine. Cela signifie que les saignements sont généralement plus faibles”, explique Gloria Ryu. Il ne faut jamais oublier que la prise de la pilule doit toujours être évaluée en fonction des facteurs de risque et des effets secondaires par rapport aux avantages, qu’il s’agisse de contraception, de réduction de l’intensité des saignements ou des crampes menstruelles.

Risques et effets secondaires

Il faut savoir que la prise de médicaments n’est pas sans risques. Gloria Ryu précise que la consommation fréquente et excessive de médicaments peut avoir pour effet secondaire des maux de tête. Pour les analgésiques tels que l’ibuprofène, on considère que l’utilisation excessive consiste à prendre 15 comprimés par mois. À ce jour, la cause des maux de tête provoqués par les analgésiques n’est malheureusement toujours pas claire. On pense qu’un effet d’accoutumance au médicament s’installe et que le patient réagit donc de manière plus sensible aux stimuli et aux déclencheurs de la douleur.

Il ne faut pas oublier que ces médicaments peuvent provoquer une gêne durable au niveau du tractus gastro-intestinal. “Le risque de complications liées aux AINS dépend de différents facteurs. Par exemple, le dosage du médicament, la durée d’utilisation et aussi les risques et les maladies préexistantes.” En général, la durée d’utilisation et le dosage doivent être aussi faibles que possible. “L’utilisation d’analgésiques est inoffensive dans la mesure où la durée d’utilisation est généralement limitée à quelques jours. Pour les estomacs sensibles, la prise d’un protecteur gastrique supplémentaire comme le pantoprazole peut aider.”

Si on atteint le point où rien ne peut nous aider, il faut consulter un spécialiste: “Si la douleur devient de plus en plus intense et dure plus longtemps que d’habitude, vous devez absolument consulter un gynécologue. Il en va de même pour les douleurs de règles qui touchent les jeunes filles – de 15 ans environ.” Il est également conseillé de consulter un médecin si vous ressentez à nouveau des douleurs de règles après une longue période sans douleur. Il en va de même pour les règles extrêmement abondantes ou les douleurs lors des rapports sexuels.

Garder l’endométriose à l’esprit

L’endométriose est un tissu qui ressemble à la muqueuse de l’utérus et qui commence à se développer à d’autres endroits. Par exemple, elle peut se produire dans les ovaires ou les trompes de Fallope. “Dans le cas de l’endométriose, l’endomètre provoque souvent une inflammation et des adhérences aux “mauvais endroits”. Les personnes concernées se plaignent souvent de douleurs lors des rapports sexuels, en plus de douleurs menstruelles intenses et douloureuses. Selon la localisation de l’endométriose, aller aux toilettes peut également être associé à des douleurs”, précise Gloria Ryu.

Pour toutes ces raisons, il est important d’écouter son corps, d’y aller doucement, de prendre soin de soi et de ne pas banaliser les crampes menstruelles.

Les menstruations ne sont plus un sujet tabou. Elles font partie de notre vie. C’est pourquoi il est important d’en parler ouvertement et sans honte.

Texte Evgenia Kostoglacis 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT