Automne Lifestyle Santé Soins

La luminothérapie contre la déprime automnale

11.10.2018
par Thomas Pfefferlé

A l’approche de la saison froide, les jours se raccourcissent et la lumière naturelle commence à se faire plus rare. Un changement météorologique qui peut paraître anodin. Pourtant, notre organisme ressent clairement cette transition qui vient perturber le rythme de notre horloge biologique. Fatigue, déprime, manque de motivation ou encore difficulté à se concentrer peuvent alors survenir. Pour y faire face, on vous conseille la luminothérapie.

Alors que la saison estivale est déjà derrière nous, nous avançons à grands pas vers l’hiver et ses journées froides. Une saison qui met les organismes à rude épreuve et qui, en raison du raccourcissement des journées, nous prive d’une bonne exposition à la lumière naturelle. Certaines personnes ne ressentent pas ou peu cette transition climatique. En revanche, d’autres s’avèrent plus sensibles et sont mêmes sujettes à certains types de symptômes. Fatigue, irritabilité, baisse de motivation ou encore troubles du sommeil constituent autant de manifestations pouvant témoigner d’une légère déprime saisonnière. Sans être forcément grave, cet état s’avère tout de même problématique dans la mesure où il nous prive de nos pleines capacités en atteignant notre vitalité.

Si la dépression saisonnière touche 3 à 7% de la population, sa forme plus légère, souvent appelée «Winter Blues», peut toucher jusqu’à 20 à 30% des gens. Et peu de personnes savent comment s’armer efficacement contre ce trouble. Afin de combattre la dépression saisonnière, il faut comprendre pourquoi la période hivernale engendre une diminution de notre vitalité.

La lumière de la bonne humeur

Le principal changement notable durant les saisons automnales et hivernales consiste en une diminution progressive de la lumière du jour. Une transition qui s’avère d’ailleurs particulièrement marquée dès notre passage à l’heure d’hiver. En étant exposés moins longtemps à la lumière naturelle, nous perdons parallèlement en vitalité. Pourquoi? Car la lumière agit directement sur notre production de mélatonine, l’hormone qui régule une partie de notre horloge biologique et notre cycle du  sommeil.

Durant la saison estivale, le fait de bénéficier d’un ensoleillement dès les premières heures du matin permet à notre organisme de stopper la production de mélatonine, l’hormone du sommeil produite surtout durant la nuit. De ce fait, notre cycle du sommeil s’avère plus net et précis en été. Mais en hiver, alors qu’il fait encore nuit lorsque l’on se rend au travail, notre organisme peut se retrouver quelque peu déréglé. Et cette perturbation du rythme interne va engendrer à son tour une autre perturbation, à savoir celle de la sérotonine, l’hormone qui régule notre humeur. D’où la légère déprime saisonnière que connaissent de nombreuses personnes.

On notera également que ces différents aspects des saisons ainsi que leur influence sur notre horloge interne et notre humeur sont directement liés à note perception visuelle. D’où l’intérêt à s’orienter vers la luminothérapie pour maintenir sa vitalité durant toute l’année.

Quantité, fréquence et spectre

Souvent associée par erreur aux UV, la luminothérapie ne nous expose pas à ce type de rayonnement. Et heureusement, car cela causerait des lésions importantes à nos yeux. La luminothérapie ne peut donc pas être pratiquée pour limiter ou diminuer certaines carences en vitamines et ne concerne pas une exposition générale de la peau. On parle bien d’une action via l’oeil.

Les lampes de luminothérapie se distinguent d’abord par la quantité de lumière qu’elles émettent. On parle ainsi de lux, sachant qu’un lux équivaut à une bougie allumée à un mètre devant soi. Avec une puissance de 10’000 lux, les modèles les plus puissants permettent d’effectuer des séances courtes, comprises entre 20 et 30 minutes. Pour une efficacité optimale sur le long terme, des séances quotidiennes sur trois semaines sont généralement conseillées. Avec une lampe moins puissante, on veillera ainsi à faire des séances plus longues. Une bonne alternative pour les personnes qui n’ont pas besoin d’effectuer des séances «intensives» consiste à se munir d’une lampe plus faible à son travail et de la laisser allumée proche de son bureau pour être exposé à sa lumière en continu.

Se rapprochant du spectre de la lumière naturelle, les lampes de luminothérapie émettent une lumière blanche qui va permettre à l’organisme de bénéficier d’une exposition prolongée durant la journée. Et pour les personnes qui souffrent d’une déprime saisonnière, les effets positifs tels qu’amélioration de la qualité du sommeil ou encore regain de vitalité se font ressentir rapidement, après quelques jours d’utilisation déjà.

Remboursement par l’assurance santé

A noter également: la luminothérapie peut aussi s’avérer indiquée en complément à une thérapie dans le cadre d’un état dépressif plus marqué et continu. L’efficacité thérapeutique de la luminothérapie est largement reconnue pour soulager le syndrome de dépression saisonnière. De ce fait, ce traitement naturel peut faire l’objet d’un remboursement par l’assurance maladie de base en Suisse, lors d’une prescription pour dépression hivernale. Un remboursement de 350 francs est ainsi possible pour soutenir l’achat d’une lampe de luminothérapie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT