Interview Lifestyle Récupération Santé Soins Sport

Wawrinka: «Je suis sorti du tunnel, et je me sens très bien»

10.10.2018
par Thomas Pfefferlé

La star du tennis Stan Wawrinka revient de loin. Après avoir chuté au fond du classement mondial, le Vaudois a su tout mettre en oeuvre pour effectuer une superbe remontée. Un très bel exemple de discipline et de rigueur qui devrait en inspirer plus d’un. Comme quoi, un bon entraînement couplé à un mental en acier permet de franchir de gros obstacles.

Stan Wawrinka est de retour. Après sa blessure au genou, le joueur vaudois a récemment progressé de 83 places pour passer du 151ème au 68ème rang du classement ATP. Une belle remontée due à son accession aux quarts de finale du Masters 1000 de Cincinnati. Pour rappel, Stan Wawrinka avait chuté au 263ème rang mondial le 11 juin à l’issue de Roland-Garros. Après sa double opération du genou gauche il y a une année, «Stan the Man» is back. Interview.

Après votre blessure, quel bilan faites-vous par rapport à votre état de forme physique?

Je suis content des ces dernières semaines passées au Canada et aux Etats-Unis. Mon tennis commence à revenir, j’ai battu des grands joueurs et je n’ai plus mal au genou. Il faut être patient et travailler dur chaque jour pour que la confiance et la routine de match reviennent. Mais je suis sur le bon chemin.

Comment vous êtes-vous entraînés pour retrouver la forme et quelles sont vos sensations actuelles?

J’ai beaucoup travaillé avec Pierre Paganini, mon entraîneur physique. Sa présence s’est avérée particulièrement importante pour moi pendant la rééducation, encore plus que d’habitude. J’ai dû avoir des béquilles pendant huit semaines, ce qui représente une très longue période pour un sportif. Dans un premier temps, il était donc important de travailler doucement. Même chose quand je suis revenu sur le court. Je ne pouvais pas encore tout faire au début et je dois dire que c’était vraiment une période très difficile et compliquée. Mais je suis finalement sorti du tunnel, et je me sens très bien aujourd’hui. Je peux à nouveau tout faire et je ne ressens plus aucune douleur.

Des doutes peuvent aussi s’installer suite à une blessure, comment avez-vous abordé cette période sur le plan mental?

Oui bien sûr, beaucoup de doutes. Comme je vous l’ai dit, c’était une période vraiment difficile. Pendant mes huit semaines en béquilles j’ai eu beaucoup de temps «libre», mais je ne pouvais évidemment pas faire grand-chose. Je devais surtout rester tranquille et ne pas trop bouger. Forcément, en tant que sportif, ce n’est pas évident à gérer. J’ai connu beaucoup de hauts et de bas. Il faut également savoir qu’au niveau médical c’était une opération très compliquée. Normalement les sportifs doivent attendre une année avant de reprendre l’entraînement après une telle opération.

Il faut être patient et travailler dur chaque jour pour que la confiance et la routine de match reviennent. Mais je suis sur le bon chemin.

Par rapport à votre saison quelles sont les grandes échéances à venir encore en 2018?

Je vais encore jouer quelques tournois en Asie ainsi que la tournée européenne en salle, avec notamment les évènements à Bâle et Paris-Bercy. Après quelques jours de vacances, je vais également commencer ma préparation pour 2019 avec plusieurs blocs d’entraînements physiques ainsi que d’autres blocs de sessions de jeu.

Dans quels autres tournois indoor peut-on s’attendre à vous voir et comment cette surface modifie-t-elle votre jeu et votre préparation?

Je n’ai pas encore vraiment finalisé mon calendrier car avec mon classement actuel je ne rentre pas directement dans tous les grands tournois. Mais je serai bien sûr présent aux Swiss Indoors de Bâle. On verra ensuite pour le reste. Par rapport aux tournois en extérieur, ce n’est pas un changement de surface très compliqué car on joue déjà sur du dur en été aux Etats-Unis. Et en salle on ne subit pas les changements de climat, ni le vent, on sait donc exactement à quoi s’attendre et les conditions sont identiques pour chaque match.

Quel est votre secret pour garder votre vitalité toute l’année?

Il est important de bien planifier son calendrier et de bénéficier de suffisamment de temps pour enchaîner les entrainements entre les différents tournois. Pour ma part, j’ai la chance de travailler depuis longtemps avec Pierre Paganini qui fait un excellent travail. Il m’aide beaucoup à rester toujours en forme et à conserver un bon équilibre tout au long de l’année.

Concernant la nutrition, quelles sont les spécificités de votre régime alimentaire? On vous voyait déjà très affûté fin juillet.

J’aime manger et je m’intéresse beaucoup à la cuisine. J’essaie un peu de tout d’ailleurs. Quand je suis en Inde je mange beaucoup de chicken tikka par exemple, et quand je suis en Suisse j’aime me faire plaisir avec des filets de perches ou encore un bon émincé de veau à la zurichoise. Je mange de tout, l’important est de ne pas exagérer. Sinon, de manière générale, je veille à consommer assez souvent du poisson et des salades, et bien sûr des pâtes avant les matches. L’hydratation est aussi un aspect très important dans la nutrition. Beaucoup de personnes ne boivent pas assez d’eau et commencent seulement à boire quand ils ont une sensation de soif. Pour ma part, j’ai toujours ma bouteille d’Evian avec moi et je veille à boire beaucoup d’eau, non seulement sur le court mais aussi en dehors quand je fais une promenade, quand je conduis ou quand je bois mon café le matin.

Et quels sont vos plans et projets pour cet automne et cet hiver en dehors du tennis?

Il faudra déjà penser à préparer la saison 2019 et je veux aussi passer un peu plus de temps avec ma fille quand la saison sera terminée.

Interview Thomas Pfefferlé
Photos ATP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT