lukas britschgi
Art on Ice
Interview Hiver

Lukas Britschgi : Le patinage artistique, une combinaison unique entre chorégraphie et figures athlétiques

25.11.2023
par Maévane Mas

Lorsque l’on évoque les sports d’hiver, le ski et le snowboard sont souvent les premières pratiques qui viennent à l’esprit. Cependant, il existe un sport hivernal tout aussi captivant et empreint d’une certaine élégance : le patinage artistique.

Retour sur ce sport avec Lukas Britschgi, un jeune patineur artistique et triple champion suisse âgé de 25 ans. Ses accomplissements sur la glace incluent entre autres une médaille de bronze aux Championnats d’Europe 2023 et une sélection aux Jeux Olympiques de 2022 à Pékin.

Lukas Britschgi

Image: Art on Ice

Lukas Britschgi, comment es-tu devenu patineur professionnel ?

J’ai fortement été influencé par ma mère qui, en plus d’être une patineuse talentueuse, était également coach « jeunesse et sports » lorsque j’étais enfant. Pendant ses séances d’entraînement, elle ne faisait jamais appel à une babysitter et me prenait avec elle sur la glace. J’ai donc très tôt pris goût à ce sport. Ce n’est toutefois qu’à l’adolescence que j’ai décidé de m’investir davantage dans cette activité. Il y a quelques années, je me suis déterminé à m’engager pleinement sur la voie professionnelle du patinage artistique. Atteindre ce niveau d’excellence requiert une concentration extrême, un travail acharné et des milliers d’heures d’entraînement.

Pourquoi as-tu décidé de pratiquer ce sport ?

Au début, le patinage était pour moi une simple source de plaisir, une manière de m’amuser et de jouer sur la glace tout en prenant de la vitesse. Par la suite, j’ai adoré pratiquer différents sauts et découvrir la combinaison unique entre chorégraphie, musique et d’autres aspects plus athlétiques. Puis j’aime me lancer de nouveaux défis – le patinage m’offre la possibilité d’en relever au quotidien.

Quand débute les compétitions et que fais-tu pendant l’intersaison ?

La saison commence généralement entre septembre et octobre et se termine en mars. Nous patinons toutefois une grande partie de l’année. Le mois d’avril est habituellement consacré aux vacances, à l’entraînement hors glace ou à la chorégraphie. J’aime voyager pendant cette période-là. Explorer des cultures et des pays différents me passionne réellement, je profite de pouvoir le faire autant que possible. Quand je suis chez moi, je passe du temps avec mes amis et ma famille.

Quel a été le plus grand obstacle à surmonter dans ta carrière sportive ?

Mon plus grand obstacle a certainement été moi-même. À l’âge de 14 ans, j’essayais de maîtriser le Double Axel, un saut que je ne parvenais pas à apprendre. Cela a perduré pendant un certain temps et a constitué une phase difficile de ma carrière. Quand mes amis allaient s’amuser dehors ou jouer au foot, je devais trouver la motivation pour aller m’entraîner. Mais j’ai persévéré et une fois ce défi surmonté, mon parcours a pris un nouveau départ. Ensuite, tout s’est déroulé sans problème.

Comment as-tu géré ta vie scolaire, sportive et sociale jusqu’à présent ?

J’ai eu beaucoup de chance durant mon parcours scolaire. Mes enseignants et les responsables de l’école ont toujours été d’un grand soutien. Bien que j’ai fréquenté une école publique ordinaire, j’ai bénéficié de dispositions spéciales qui me permettaient de m’absenter pour les compétitions. J’ai par exemple pu prolonger mon cursus scolaire en répartissant une année de gymnase sur deux ans, ce qui m’a évité un emploi du temps surchargé. Je suis profondément reconnaissant pour ces opportunités.

En ce qui concerne ma vie sociale, le fait d’avoir fréquenté une école publique a longtemps favorisé des liens étroits avec mes amis et m’a permis de maintenir une vie sociale relativement normale. Mais depuis que j’ai déménagé en Allemagne pour mes entrainements il y a quelques années, c’est un peu plus difficile. Les contraintes liées aux compétitions m’empêchent parfois de sortir les week-ends, par exemple, car je dois me détendre et rester concentré. Je suis toutefois satisfait de la façon dont j’arrive à concilier tous ces aspects de ma vie jusqu’à présent.

Quel a été le moment ou la compétition la plus mémorable pour toi ?

Sans l’ombre d’un doute, les Jeux olympiques de 2022. Ils représentaient pour moi un objectif immense et voir mon rêve d’enfant se concrétiser a été tout simplement extraordinaire. En ce qui concerne mes résultats, la médaille de bronze aux Championnats d’Europe 2023 occupe une place spéciale dans mon cœur, marquant un sommet dans ma carrière sportive.

Quels sont tes futurs projets et compétitions ?

Mon objectif à long terme est de décrocher une place aux Jeux olympiques de 2026 à Milan/Cortina. Bien sûr, en attendant cet événement majeur, j’ai également d’autres objectifs en tête. Mais les Jeux olympiques de 2026 sont la cible majeure et ma motivation principale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT