Éditoriaux

L’importance des rôles modèles dans les choix professionnels des jeunes

30.11.2021
par SMA

Y a-t-il eu, dans votre enfance, une femme ou un homme modèle, qui vous a inspiré et a eu une influence sur votre parcours de vie?

Pour leur développement, les jeunes s’inspirent de ce qu’ils voient. L’ère digitale permet à chacun.e de «voir» et suivre les actions des personnalités publiques, ce qui exerce souvent une envie d’émulation (pas toujours bénéfique) et même de dépassement de soi chez les jeunes. On parle de rôles modèles, notion issue de la culture anglo-saxonne, attribuée au sociologue Robert K. Merton, qui désigne «une personnalité dont le comportement, l’exemple ou le succès est (ou peut être) imité par des tiers, notamment par des personnes plus jeunes».

Un rôle modèle peut susciter l’enthousiasme et amener des individus ou des collectifs à se dépasser. Un rôle modèle doit aussi être accessible, voire tangible. La qualité de rôle modèle implique l’exemplarité, mais également la responsabilité de transmettre un message d’accessibilité avec intégrité et cohérence et non pas un message utopique de perfection ou d’infaillibilité. Certes, pour grandir, il faut regarder vers le «haut». Il faut toutefois pouvoir voir ou toucher celle ou celui que l’on aspire à égaler.

Le fait de rencontrer, dès l’école primaire, des personnes du monde du travail peut inspirer les jeunes et ouvrir leur horizon, au-delà des stéréotypes et préjugés de genre.

L’activiste américaine pour les droits des enfants Marian Wright Edelman, avec sa phrase «You can’t be what you can’t see!» («Vous ne pouvez pas être/devenir ce que vous ne voyez pas!») met en évidence le pouvoir des rôles modèles, particulièrement pour ce qui est des aspirations professionnelles des enfants. La capacité de se projeter joue un rôle primordial dans les choix de carrière des jeunes, mais il est difficile de s’identifier à un futur dont vous ignorez l’existence ou que vous croyez inatteignable. Les stéréotypes de genre à propos des métiers viennent empiéter sur la capacité d’identification et de projection des jeunes, et cela dès l’âge de cinq ou six ans. Tel est le constat de plusieurs études internationales, qui soulèvent aussi le fait que cela amène les enfants à exclure des options de carrière qu’ils auraient autrement pu poursuivre avec succès. Le fait de rencontrer, dès l’école primaire, des personnes du monde du travail peut inspirer les jeunes et ouvrir leur horizon, au-delà des stéréotypes et préjugés de genre. Ces rencontres précoces permettent aux filles comme aux garçons de se projeter dans un avenir qu’ils auront choisi et soulignent l’importance des rôles modèles tangibles pour l’avenir des jeunes et de notre pays.

Texte Andrea Delannoy,

Présidente de MOD-ELLE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT