Industrie Innovation

Une structure industrielle agile

29.09.2021
par SMA

La confirmation de la phase de reprise qui se dessinait globalement pour le secteur secondaire suisse depuis le début de l’année 2021 met à nouveau en lumière l’existence de défis de niveau stratégique pour l’économie nationale sur le plan industriel, organisationnel et technologique principalement. Préexistants à la pandémie de Covid-19 qui en a temporairement redéfini l’équation, ces enjeux contemporains sont susceptibles d’influer de manière déterminante sur la place industrielle nationale, sa compétitivité, sa pérennité et sur les places de travail qu’elle offre.

 

Patrick Linder, directeur de la chambre d’économie publique du Jura bernois.

 

Faut-il pourtant rappeler que la période favorable qui s’annonce reste directement inféodée aux tendances de l’économie mondiale, elles-mêmes largement conditionnées par le déploiement de la pandémie de Covid-19? Les fondements de la reprise industrielle restent ainsi fragiles et nécessiteraient notamment une consommation globale normalisée et l’étaiement de la confiance chez les grands donneurs d’ordre internationaux. Plus préoccupant, des éléments inattendus menacent déjà cette phase vertueuse. Si la rupture de la relation entre la Suisse et l’Union européenne ouvre par exemple un inquiétant champ de préoccupations pour les PME, le renchérissement des matières premières pénalise les entreprises alors que des marges sont néces- saires pour compenser les dégâts occasionnés entre 2020 et 2021.

À l’heure où la digitalisation adresse des questions multiples, virulentes, mais essentielles aux acteurs industriels, nous réitérons la profonde conviction que la structure de l’industrie suisse s’avérera un atout de premier plan pour l’économie nationale. – Patrick Linder, Directeur, Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP)

Dans ce contexte particulier, la perspective historique permet d’aborder avec un recul bienvenu les défis contemporains tout en mettant en exergue la récurrence de certaines lignes de forces. Ainsi, l’histoire de l’industrie suisse s’avère notablement déterminée par une recherche permanente d’efficience engendrant une redéfinition constante de son organisation et des technologies mobilisées. Ces fondamentaux ont engendré une grande tradition nationale d’innovation qui opère aujourd’hui encore. En dépit de conditions-cadres adaptées, d’un environnement de savoirs et d’une main d’œuvre de première qualité, elle tire avant tout sa vigueur d’un riche tissu de PME agiles, créatives, résilientes et surtout maîtresses de leur destinée. À l’heure où la digitalisation adresse des questions multiples, virulentes, mais essentielles aux acteurs industriels, nous réitérons la profonde conviction que la structure de l’industrie suisse – un écosystème de PME innovantes appuyées sur une formation professionnelle efficace – s’avérera, une fois encore, un atout de premier plan pour l’économie nationale, à condition d’y adapter les actions d’ensemble et de donner tout le soin requis à la détermination des dénominateurs communs.

Texte Patrick Linder

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT