Développement durable Droit Économie Gastronomie Industrie

Des produits du terroir sous bonne garde

20.09.2019
par SMA

L’Etat protège et garantit la qualité des appellations d’origine (AOP) et des indications géographiques (IGP) depuis 1997. Par ce faire, l’Etat sauvegarde de nombreux emplois et artisanats helvétiques. Du fromage au chocolat, les produits emblématiques du pays s’inscrivent dans une chaîne à la fois politique, économique et artisanale. Explications.

La Suisse est notamment connue pour ses produits du terroir de très grande qualité. Parmi eux, le fromage et le chocolat font figures d’incontournables. Les consommateurs ne s’en rendent pas forcément compte, mais lorsqu’ils achètent ces produits, ils consomment, aussi et surtout, des labels. D’ailleurs, ces derniers leur assurent une qualité et des méthodes de production des plus optimales.

Labels synonymes de qualité

Par exemple, derrière des signes publics officiels tels qu’AOP ou IGP se cache tout un panel de métiers et de savoir-faire traditionnels. La législation sur les AOP et IGP protège aujourd’hui la dénomination de quelques 33 produits helvétiques. De plus, elle assure également un protectionnisme engagé en faveur de tissus économiques régionaux. Pour vendre des produits étiquetés de ces mentions, les producteurs doivent respecter et appliquer de nombreuses règles.

Déjà, les signes AOP et IGP protègent la dénomination de produits spécifiquement liés à une région. Comme par exemple, le fameux Gruyère AOP ou le Saucisson vaudois IGP. Seuls les producteurs qui respectent un strict cahier des charges peuvent le commercialiser. En effet, ils doivent effectuer l’ensemble des étapes de production et de transformation du produit dans la région d’origine pour y prétendre. Ces signes officiels de qualité et d’origine sont reconnus au niveau fédéral. Ils sauvegardent tout le savoir-faire artisanal lié aux produits concernés. Un art qui se transmet de génération en génération. Au final, ces signes garantissent l’authenticité des produits du terroir, dont les caractéristiques sont influencées à la fois par les facteurs naturels de la région d’origine et les savoir-faire qui s’y transmettent.

Nouvelle législation

La Suisse a élaboré un outil juridique de pointe. Ce dernier a pour but de maintenir les plus-values dans des régions souvent décentralisées et permettre aux consommateurs d’identifier des produits authentiques strictement contrôlés. Des organismes neutres et indépendants effectuent régulièrement des contrôles auprès des producteurs. Ces inspections assurent que les méthodes de travail respectent le cahier des charges élaboré par les filières et validé par l’Etat.

Et pour rappel, depuis le 1er janvier 2017, une nouvelle législation est en vigueur quant à l’étiquetage de tous les produits vendus comme «suisses». Baptisée Swissness, elle vise à définir de manière plus claire et précise les conditions à respecter pour commercialiser des produits revendiqués «suisses». Ainsi, pour accompagner leurs produits de la mention «Suisse» ou du drapeau helvétique, les producteurs doivent prouver que ceux-ci sont transformés principalement en Suisse et élaborés avec des matières premières provenant à 80% au moins du pays. Cette dernière règle exclut les matières premières pas ou peu disponibles, comme par exemple le cacao ou les bananes. Autant dire que les produits du terroir et labellisés comme tels sont sous bonne garde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT