unbescht tanzen vater  tochter in ihrer neuen wohnung.
iStockPhoto/skynesher
Enfants Famille

Le rôle clé des pères pendant la grossesse

26.06.2024
par Léa Stocky

Être une figure d’autorité et un pilier financier restent les deux préjugés les plus prégnants lorsque l’on évoque le rôle du père. Pourtant, les papas se doivent aussi de créer un lien émotionnel avec l’enfant, qui s’avérera crucial lors de son développement. Pour cela, les bons gestes sont à adopter dès la grossesse.

Gilles Vaquier de Labaume,Fondateur de l’Atelier du papa

Gilles Vaquier de Labaume
Fondateur de l’Atelier du papa

Gilles Vaquier de Labaume a fait de l’accompagnement des papas sa mission en fondant en France une structure d’aide à la parentalité dédiée aux hommes, l’Atelier du papa.

Gilles Vaquier de Labaume, quelle place tient le futur papa au cours de la grossesse ?

Pendant la grossesse, les pères tiennent un rôle aussi important qu’invisible. Leur place est souvent floue car, même s’ils s’investissent, le fait de ne pas vivre physiquement la grossesse et les ressentis qui y sont associés peut leur donner le sentiment d’être inutile. C’est pourquoi le papa doit insuffler au plus tôt ce que l’on appelle « l’effet triade », cette relation entre les deux parents et le bébé. Par exemple, prendre soin de la maman, c’est déjà commencer à prendre soin de son bébé.

Quelles sont les erreurs que peuvent faire les pères pendant cette période ?

L’erreur principale est la posture de l’attentisme, qui fait déjà reposer la majorité de la charge mentale sur la conjointe. Dans la famille tout est systémique : l’investissement efficace a des conséquences sur la confiance en soi le jour J mais aussi sur la pérennité du couple parental et sur la prévention des dépressions post partum. Du fait de la grossesse, la maman et le bébé ont une longueur d’avance dans la création de lien. Le bébé se croit aussi en duo avec sa figure d’attachement principale (à savoir la maman) et ce jusqu’à huit mois. Le travail du papa est ainsi celui du tiers séparateur, celui qui dit au bébé : « je suis là pour toi, tu peux compter sur moi ». Un jeune papa « équipé » peut finalement être une mère comme les autres.

À quels défis les papas sont-ils soumis lors d’une grossesse ?

Les choix de postures parentales sont souvent en résonance avec notre passé. Il faut donc commencer par projeter son propre regard, inventer et ré-enchanter sa paternité. Se projeter en tant que père peut aussi être très difficile, comparé aux femmes qui sont déjà mères pendant la grossesse.

Comment peuvent-ils accompagner au mieux leur partenaire ?

L’idée est de faire une grosse partie du travail pendant la grossesse en se projetant comme un coéquipier à part entière et non comme un simple aidant. La parentalité est une forme de transformation qui fait trembler les murs invisibles de notre propre construction, c’est pourquoi il faut investir sur soi. La fougue et l’enthousiasme ne suffiront certainement pas.

Un bon papa est un partenaire de tous les instants. Gilles Vaquier de Labaume

Il y a un décalage très fort entre l’attitude des hommes et des femmes en postnatal. Si les hommes ont tendance à ne pas trop vouloir manipuler le bébé par peur de le « casser », les mamans vont davantage interagir avec ce dernier car cette proximité les rassure quant à leur qualité de mère. On observe également un décalage temporel lié au congé maternité qui propulse la maman en mode « experte » et relègue de fait le papa au titre de stagiaire. Le secret est d’anticiper, de se préparer et de miser sur soi.

Pensez-vous que, globalement, les pères et leurs ressentis sont assez pris en compte dans la société pendant une grossesse ?

Pas du tout. Je pense qu’il y a encore un mur invisible pour les hommes entre leur future parentalité et la verbalisation de l’émotion en lien avec celle-ci. C’est pourquoi le père se cantonne souvent à la préparation matérielle qui lui donne l’impression d’accomplir sa mission, or il s’agit d’un biais d’appréciation conforté par la société.

Les pères sont-ils assez préparés à cet événement ?

Non, je ne le crois pas. L’homme résiste plus aux changements que la femme en général, c’est pourquoi il a besoin de plus de temps et d’un parcours ponctués de repères clairs qui l’amène vers une transformation de l’homme au père en douceur.

Finalement, qu’est-ce qu’un bon papa selon vous ?

Il est le partenaire de tous les instants, un homme qui a pleinement conscience de ses pouvoirs, qui maîtrise les bonnes pratiques, qui va travailler sa force d’attractivité, qui va s’offrir une visibilité sur sa parentalité, qui a une capacité de remise en question, qui se prépare efficacement, qui prendra en compte la notion d’équilibre, qui sera vraiment là, tant pour sa conjointe que pour son bébé. Finalement, un bon papa, c’est un homme qui reconnaît son rôle complémentaire à celui de la maman, permettant à cette dernière de retrouver sa place de femme plus rapidement, ce qui est salvateur pour l’entité famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT