Développement durable Jeunesse

Les jeunes et le climat: revendiquer, manifester et décider

30.11.2021
par Léa Stocky

En août 2018, Greta Thunberg commence à manifester pour le climat devant le Parlement suédois. Elle prévoit de sécher les cours tous les vendredis jusqu’aux élections législatives suédoises du 9 septembre 2018. À cette date cependant, les manifestations ne s’arrêtent pas et perdurent encore aujourd’hui, rassemblant des milliers de jeunes dans des villes du monde entier.

Aujourd’hui, les jeunes sont de plus en plus conscients de la gravité du dérèglement du climat, qui aura un impact sur leur vie. Les conséquences, que beaucoup considèrent comme inévitables, poussent les jeunes générations à réclamer des mesures concrètes de la part des gouvernements.

Sortir dans les rues

Pour ce faire, les manifestations sont des moyens privilégiés, notamment par les jeunes, pour faire entendre leur voix. Les rendez-vous du vendredi en Suède conduisent à la création de Fridays For Future en août 2018, un mouvement fondé et organisé par des jeunes. Aussi appelé Grève pour le Climat, ce rassemblement regroupe des centaines de milliers de lycéens, d’étudiants et de jeunes travailleurs qui se retrouvent depuis trois ans dans les rues de dizaines de pays pour demander davantage de moyens dans la lutte contre le réchauffement climatique et le respect de l’accord de Paris pour le climat, adopté par 196 Parties en 2015.

Beaucoup de jeunes se réunissent également sous la bannière d’Extinction Rebellion, un mouvement social écologiste international né au Royaume-Uni en 2018. Les militants d’Extinction Rebellion prônent la désobéissance civile non-violente et réclament la mise en place de l’état d’urgence climatique, la réduction des émissions de gaz à effet de serre à 0% d’ici 2025 et l’instauration d’assemblées citoyennes locales. Celles-ci sont basées sur un modèle de démocratie participative afin de répondre au mieux aux besoins des personnes et des espèces les plus impactées par la destruction de la biodiversité.

Prendre part au processus de décisions

Les jeunes revendiquent leur droit de peser dans les décisions. En effet, les choix effectués par les dirigeants d’aujourd’hui auront un impact direct sur les générations futures. Fin septembre 2021, 400 jeunes entre 15 et 29 ans se sont réunis à Milan pour préparer la COP 26 de Glasgow en rédigeant une déclaration commune sur le climat. Cette rencontre s’est accompagnée de manifestations dans les rues de la ville italienne. En présence de figures emblématiques telles que les militantes Vanessa Nakate et Greta Thunberg, des jeunes de tous horizons ont eu une place à la table des décisionnaires. Reste à savoir si leur voix sera entendue et prise en compte à l’avenir.

Texte Léa Stocky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT