Excursions Voyage

Micro-aventures: s’évader à deux pas de chez soi

04.10.2021
par Severin Beerli

Sortir de sa zone de confort, s’évader du quotidien, retrouver un peu de liberté et tout cela à deux pas de chez soi, voilà ce que promettent les micro-aventures.

Qu’est-ce qu’une micro-aventure? Il s’agit d’une vraie aventure, mais pas à grande échelle. Les micro-aventures sont en effet courtes, simples, locales, bon marché, amusantes, stimulantes, enrichissantes et passionnantes. C’est ainsi que l’aventurier et écrivain Alastair Humphreys les décrit. Le Britannique a inventé ce terme en 2014 dans son livre «Microadventures». Depuis, l’idée est devenue une véritable tendance. Mais de quoi s’agit-il exactement?

Laisser le quotidien derrière soi

Partir pour une micro-aventure signifie sortir de sa zone de confort quotidienne, s’évader, s’éloigner du stress et des soucis, et se sentir libre. En général, ces expériences se passent dans un endroit proche de chez soi et sont réalisables par tous. Mais l’imagination n’a pas de limites. Par exemple, une nuit à la belle étoile, une excursion en canoë, la construction d’un radeau, une course à pied de deux jours ou l’escalade d’une montagne sont des exemples typiques de micro-aventures.

Se lancer dans l’aventure après le travail

C’est dans ce but que Humphreys a inventé «l’aventure de 5 à 9»: il s’agit d’une expérience qui commence après le travail et qui permet à tout le monde d’être de retour au travail le lendemain matin. Au lieu de s’allonger sur le canapé à la maison après le travail et de regarder des séries, pourquoi ne pas partir en micro-aventure? Les questions essentielles sont: Où dois-je aller? Où dois-je rester? Qu’est-ce que je peux manger? Une fois ces questions réglées, il n’y a plus de temps pour s’inquiéter de la vie quotidienne. C’est pourquoi les micro-aventures peuvent aider à réduire le stress. 

Camping sauvage, pique-nique ou observation des oiseaux

La Suisse se prête particulièrement bien aux micro-aventures. Qu’il s’agisse de hautes montagnes, de forêts tranquilles ou de lacs limpides, les beaux endroits sont accessibles en peu de temps. Ainsi, on peut rapidement décider de partir en randonnée ou en camping. Une microaventure peut même être plus simple encore: prendre un bateau au lieu d’un train pour aller au travail, passer sa pause déjeuner avec un pique-nique et une belle vue, observer les oiseaux ou faire ses courses au magasin local au lieu du supermarché par exemple.

La liberté, mais pas sans règles

Il y a certaines choses à garder à l’esprit lorsque l’on recherche la liberté. En Suisse, par exemple, le camping sauvage n’est autorisé que de façon limitée. La situation juridique diffère d’un canton à l’autre. Il est donc important de vérifier les règles auprès de sa municipalité ou de son commissariat de police local. La situation est similaire avec les feux ouverts. Les cantons et les communes peuvent interdire les feux dans certaines zones. La prudence est également de mise lorsque l’on fait du canoë ou du bateau. Il est important de prêter attention aux éventuels panneaux d’avertissement et de s’informer sur le niveau de l’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT