glace
Hiver

Ice, Ice, Baby… Quatre activités sur glace à essayer

19.01.2022
par Severin Beerli

Outre les activités bien connues comme le patinage et l’escalade sur glace – sans parler de la dégustation de glace – il en existe bien d’autres à pratiquer sur les eaux gelées. Même si toutes ne sont pas sans risque, la liste des activités qui suit ne laissera certainement personne indifférent.

La pêche sur glace

La pêche sur glace est une pratique qui jouit d’une grande popularité dans les pays nordiques comme la Suède, la Norvège, le Canada ou la Russie. Elle consiste à percer des trous dans les eaux gelées à l’aide de forets à glace pour tenter d’attraper des poissons. La canne à pêche utilisée pour ce que l’on appelle aussi la pêche blanche se distingue par le fait qu’elle est beaucoup plus courte que les cannes classiques et ne mesure généralement qu’une vingtaine de centimètres.

 

Bien que la pêche sur glace soit surtout pratiquée dans les régions nordiques, elle est de plus en plus appréciée en Suisse. Il est possible de pêcher sur la glace pendant les mois d’hiver, notamment à l’Oeschinensee et à l’Arnensee. Cette activité peut aussi se transformer en une petite aventure, car pour atteindre l’’Arnensee par exemple, il faut en plus faire une randonnée de trois heures en raquettes.

Si l’on décide d’aller pêcher sur la glace, il faut prendre quelques précautions: outre un bon équipement comme des vêtements chauds, de bonnes chaussures, une perceuse à glace et une canne à pêche, il est important de vérifier si la glace est assez épaisse. Une glace sûre en hiver a une épaisseur d’au moins 25 centimètres. Ainsi, plus le lac est petit, plus la glace a de chances d’être épaisse. Les grands lacs peuvent aussi geler de manière irrégulière, il faut donc être prudent et ne jamais partir seul à la pêche sur la glace.

La nage sur glace

Une autre activité qui n’est pas sans risque est la natation sur glace, à ne pas confondre avec sa proche parente, la natation hivernale. En effet, la natation sur glace consiste à se baigner dans une eau inférieure à 4°, tandis que pour la natation hivernale, il s’agit de nager dans une eau supérieure à 4°.

Ceux qui aiment le froid extrême peuvent donc s’essayer à cette activité. Il s’agit de creuser de grands trous dans la couche de glace qui s’est formée au-dessus de l’eau, puis de s’immerger à l’aide d’une échelle. La baignade sur glace renforce le système immunitaire, augmente les performances sportives et a même un effet positif sur le mental. Cela s’explique par l’amélioration de la circulation sanguine due à l’alternance de stimuli chauds et froids. Pour obtenir ces effets, les bains de glace doivent être pratiqués régulièrement.

Une grande prudence est toutefois de mise. Pour prendre des bains de glace sans risque, une bonne préparation est indispensable. Cela implique de s’entraîner avec des douches froides, des techniques de respiration, de se laisser suffisamment de temps et de vérifier si le corps est vraiment en état de supporter l’effort. Les personnes souffrant d’hypertension ou de maladies cardiaques par exemple ne devraient en aucun cas s’essayer à cette pratique. Une circulation sanguine saine est en effet une condition sine qua non. De plus, on ne sait jamais comment le corps réagit aux températures froides, il ne faut donc pas se baigner seul. La natation sur glace peut être mortelle si l’on ne fait pas assez attention.

La navigation sur glace

Au XVIIème siècle, la voile sur glace voit le jour aux Pays-Bas. Ce type de voile particulier est né lorsque les marins ont essayé d’utiliser leurs bateaux malgré les couches de glace. Les premiers voiliers à glace étaient de petits bateaux de charge avec des patins montés. Aujourd’hui, il existe différents modèles et des compétitions sont organisées, à l’instar des courses à la voile, appelées régates. La voile sur glace consiste à s’allonger à plat dans de petites embarcations aérodynamiques, équipées de trois patins et d’une voile. Comme la force du vent est presque immédiatement transformée en vitesse, on atteint facilement les 100 km/h. Le record de vitesse est de 135 km/h. Cela fait de la voile sur glace le sport éolien le plus rapide à l’heure actuelle. Ces vitesses élevées ne sont pas seulement un défi pour l’équipement, mais aussi pour les navigateurs. Il faut donc être suffisamment en bonne santé pour la pratiquer. De plus, garder le contrôle de l’un de ces bateaux-traîneaux à des vitesses élevées peut également être difficile. Un équipement de base pour la voile sur glace est nécessaire: des vêtements chauds sont indispensables, tout comme des lunettes de protection, un casque et des chaussures à crampons pour éviter de glisser sur la glace.

Le curling

Le curling est un sport dans lequel deux équipes essaient de glisser des pierres le plus près possible de la cible que l’on appelle la «maison». Autrefois, il s’agissait d’un cube en bois. Les équipes sont composées de quatre joueurs et dix manches appelées «end» sont jouées par partie. Les joueurs qui parviennent à mettre leurs pierres en granite dans le diamètre de la cible sont récompensés par des points. Chaque équipe peut lancer huit pierres par «end» et chaque partie dure entre deux et trois heures. Pour jouer au curling, il faut disposer du matériel adéquat tel qu’un balai par exemple. Il est également recommandé de porter des chaussures avec des semelles antidérapantes afin de pouvoir se déplacer sur la glace en toute sécurité.

Texte Severin Beerli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT