Éditoriaux

Saison d’hiver: rester calme, se montrer flexible et penser à l’avenir

12.12.2020
par Andrea Tarantini

Il y a un an, personne n’aurait pu imaginer les défis auxquels nous faisons face depuis février et mars. Notre quotidien a rapidement changé. Nous avons tous dû reléguer au second plan le sport (de neige) que nous aimons tant.

Malgré le coronavirus, au printemps, le ski s’en est encore bien sorti avec seulement quelques annulations de courses. D’ailleurs, à la mi-octobre, il a réussi avec brio un premier test. Celui de l’ouverture de la Coupe du monde à Sölden. Les circonstances étaient inhabituelles, mais les courses sur le glacier de Rettenbach ont agi comme un modèle pour l’ensemble des sports de neige.

Avant même le début de la saison à Sölden, après une analyse approfondie de la situation, les organisateurs suisses de la Coupe du monde, en collaboration avec Swiss-Ski, ont engagé des échanges intensifs avec diverses parties prenantes, en particulier avec Swiss Olympic. Après plusieurs semaines de réflexions, ils ont décidé de ne pas annuler les compétitions de cet hiver mais de supprimer plutôt les places pour les spectateurs.

Le fait que, dans l’état actuel des choses et malgré les circonstances difficiles, toutes les épreuves de la Coupe du monde des différents sports de neige puissent se dérouler en Suisse est dû en grande partie au plan de stabilisation de la Confédération pour le sport suisse. À cette occasion, nous avons pu en effet montrer l’importance de la Coupe du monde en tant qu’épine dorsale (financière) du système global des sports de neige en Suisse.

Pour la première fois depuis la fin des années 80, dans le cadre de la Coupe du monde de ski alpin, nous sommes «les proies les plus intéressantes». Après plus de trois décennies, Swiss-Ski a en effet remporté la prestigieuse Coupe des Nations. Cette 1ère place s’inscrit dans une tendance qui a commencé il y a quelques années – avec quelques revers, bien sûr. Dans cette saison de Coupe du monde, les athlètes et les entraîneurs doivent faire face à de nouveaux défis. Ils doivent en outre se montrer flexibles. Néanmoins, la Coupe des Nations n’est en aucun cas moins précieuse qu’elle ne l’a été par le passé. Maintenant plus que jamais, il faut comprendre quelles organisations sont fortes et flexibles.

Respectons les mesures de sécurité et profitons de notre merveilleuse saison d’hiver. – Walter Reusser, Directeur Ski Alpin de Swiss-Ski

Dans tous les cas, il faut à présent rester calme. La saison dernière, nous avons identifié les domaines dans lesquels les choses ne fonctionnaient pas encore de manière optimale et ceux qui avaient du potentiel. Ainsi, nous avons réalisé des analyses et tiré des conclusions. Au printemps, nous avons rapidement établi un plan d’entraînement qui a donné des résultats satisfaisants. D’ailleurs, sur nos glaciers de Saas-Fee et de Zermatt, nous avons trouvé d’excellentes conditions d’entraînement.

La victoire de la Coupe des Nations ne doit pas nous aveugler. Le succès n’est en aucun cas garanti. Il nous a seulement été prêté et il nous faut à présent nous acquitter de son prix. On doit désormais réviser les structures afin que nous puissions nous orienter vers des objectifs précis et participer aux Jeux d’hiver de 2026 avec une équipe aussi large que possible et avec la possibilité de déterminer qui sera en compétition pour les médailles olympiques.

Nous planifions déjà l’année prochaine, l’année d’après et celle qui suivra. Il est en effet nécessaire de réfléchir à ce qui sera important en 2030 et 2034. Les athlètes qui remporteront des médailles aux Jeux olympiques d’hiver en 2030 sont probablement déjà dans le système Swiss-Ski.

Malgré les circonstances actuelles, je nous souhaite à tous de belles expériences sur la neige dans les mois à venir. Respectons les mesures de sécurité et profitons de notre merveilleuse saison d’hiver! Après tout, plus que tout autre endroit au monde, avec ses montagnes et ses beaux paysages enneigés, notre pays nous permet de nous relaxer et d’oublier – ne serait-ce que pour un moment – nos soucis quotidiens.

Texte Walter Reusser, Directeur Ski Alpin de Swiss-Ski

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT