Économie Éducation et Formation Industrie

Coopération internationale et secteur privé

09.03.2018
par Thomas Pfefferlé

Les compétences que l’on acquiert dans les banques, les assurances et les bureaux d’ingénierie sont recherchées dans un autre domaine. Il s’agit de celui de la coopération au développement ou de l’aide humanitaire. Une reconversion professionnelle qui permet de donner une dimension altruiste à sa carrière tout en aspirant à des perspectives intéressantes.

Les organisations telles que l’ONU, les institutions financières internationales ou les ONG actives dans les domaines de la coopération internationale (CI), recherchent des professionnels du secteur privé. Car les compétences qui s’acquièrent dans les milieux de la finance, des entreprises pharmaceutiques, de la logistique ou des télécommunications, sont utiles pour le secteur de la CI. Et pour certains types de postes, ces compétences peuvent être transférées directement. Une donne intéressante que les professionnels du secteur privé peuvent observer de plus près afin de poursuivre leur carrière de manière plus altruiste.

Transfert direct de l’expertise privée

D’ailleurs, les perspectives de carrière dans le domaine de la CI s’avèrent diversifiées. Economie, finance, logistique ou ressources humaines. Autant de domaines à partir desquels il est possible de rejoindre une organisation multilatérale ou encore une ONG. Mais, peu au courant de cette demande, les employés des entreprises pensent qu’une carrière dans le secteur de la CI est nécessaire pour opérer une telle reconversion. Ce qui peut s’avérer vrai, mais seulement pour certains postes. Dans de nombreux cas, l’expertise privée peut se transférer de manière directe. Trois compétences de base constituent un réel avantage pour intégrer la CI. Une bonne expertise dans son secteur d’activité, la maîtrise de plusieurs langues et une expérience de travail internationale.

Des programmes spécialisés

La Confédération soutient des programmes renforçant la présence des professionnels au sein de certaines de ces organisations internationales. Une action menée en partenariat avec cinfo, le Centre suisse de compétences pour les professions CI basé à Bienne. Son étroite collaboration avec ces organisations vise à promouvoir les compétences et savoir-faire des collaborateurs helvétiques.

A noter également: les programmes de relève Junior Professional Officer (JPO) destinés aux diplômés d’universités avec de l’expérience pertinente, ainsi que le UN Youth Volunteers (UNYV), destiné aux jeunes sortant des études. Financés par la Confédération, ces programmes apportent une première expérience au sein de régions et pays en voie de développement. Un avantage certain. Et surtout pour poursuivre une carrière à l’ONU, dans une institution financière internationale ou pour rejoindre une ONG coopérant au développement ou l’aide humanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT