Famille Lifestyle Société

L’intimidation – quand la méchanceté échappe à tout contrôle

05.02.2021
par Perrine Borlée

Aussi variées que puissent être les formes de harcèlement, cette intimidation fait mal et entraîne de graves conséquences psychologiques. Focus vous donne des pistes pour identifier et aider les victimes de ces actes.

Presque tous les jeunes connaissent l’expérience d’être exclus et de ne pas se sentir appartenir à un groupe. Mais à quel moment pouvons-nous considérer que cela relève du harcèlement et non pas de chamailleries enfantines? «Le harcèlement est le fait qu’une ou plusieurs personnes harcèlent ou intimident délibérément une autre personne pendant une longue période», explique la psychothérapeute Ernesta von Holzen du Service de psychologie de la jeunesse du canton d’Argovie. Concrètement, pour que l’ont considère ça comme du harcèlement, cet acte doit se produire au moins une fois par semaine et pendant au moins trois mois.

L’intimidation est le fait qu’une ou plusieurs personnes harcèlent ou intimident délibérément une autre personne pendant une longue période. – Ernesta von Holzen

Le rôle du groupe

Selon l’expert, le harcèlement peut arriver à n’importe qui si la dynamique du groupe le permet. «Les brutes sont généralement populaires. Ils semblent socialement compétents et peuvent diriger les autres», déclare Ernesta von Holzen. «Souvent, ils agissent en douce pour ne pas se faire prendre.» Le pire est que, d’après la psychothérapeute, «la plupart d’entre eux savent très bien ce qu’il se passe, mais ils ne font rien parce qu’ils ne veulent pas devenir eux-mêmes des victimes des sanctions qui les attendent». Il existe donc ici un point commun entre ceux qui souffrent et ceux qui font souffrir. Ernesta von Holzen ajoute: «Selon notre expérience, les victimes de ce genre d’acharnement sont surtout des jeunes ayant une faible estime de soi. Ils n’osent pas et ne peuvent pas se défendre eux-mêmes».

Les brutes sont généralement populaires, semblent socialement compétentes et peuvent diriger les autres. – Ernesta von Holzen

«L’intimidation a beaucoup à voir avec l’attitude»

Ces violences ne concernent pas seulement les auteurs et les victimes. Les personnes qui s’occupent d’enfants, comme les parents et les enseignants, jouent également un rôle important. «L’intimidation a beaucoup à voir avec l’attitude», affirme l’experte. «L’une des meilleures façons de prévenir les brimades est lorsque l’école et les enseignants sont très clairs et affirment leur position. Ils doivent montrer que le harcèlement n’est pas toléré dans leur école et intervenir rapidement lorsqu’ils constatent des conflits en classe».

Les actes d’intimidation ne touchent pas seulement les auteurs et les victimes.  – Ernesta von Holzen

Obtenir de l’aide est la clé

Toute personne victime de harcèlement doit obtenir de l’aide et pouvoir se confier aux autres. «Les personnes concernées devraient chercher un soutien psychologique et psychothérapeutique afin de ne pas rester seules dans cette situation», conseille Ernesta von Holzen. Souvent, de nombreuses victimes ne disent rien à leurs parents. Le harcèlement les isole généralement. «Grâce à de l’aide et des conseils, le jeune peut reprendre confiance en lui et élaborer des stratégies à mettre en place avec un spécialiste à propos de la manière de faire face aux violences».

La plupart des cantons disposent également de centres de consultation spécialisés pour les jeunes. Les enfants peuvent s’adresser à eux de manière anonyme. Les conseils sont gratuits et les conseillers sont tenus au secret professionnel. Personne ne doit supporter des violences seul et en silence. Avec l’aide appropriée, il est possible de sortir de ce genre de situation.

Plus d’informations sur les centres spécialisés ici.

Texte Lars Gabriel Meier

Traduit de l’allemand par Perrine Borlée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
Article suivant