Éditoriaux

Contrairement au Covid-19, la crise climatique ne nous prend pas au dépourvu

30.06.2021
par Andrea Tarantini

L’année dernière, nos habitudes de vie, de travail et de consommation ont rapidement changé et la fragilité de notre société nous a été rappelée sans relâche. Les images de villes désertes l’effondrement des chaînes d’approvisionnement mondiales et l’arrêt du trafic aérien restent gravées dans nos mémoires. 

Chaque crise apporte son lot de difficultés, mais aussi d’opportunités. Les entreprises qui s’adaptent, relèvent les défis et recherchent des solutions innovantes tirent aussi profit des situations difficiles. D’innombrables sociétés actives dans le domaine de l’informatique ont par exemple répondu à l’évolution de la demande de biens et de services et ont prospéré grâce à la crise. D’ailleurs, le développement rapide des vaccins contre le coronavirus représente l’une des grandes réussites de la science moderne. Il y a donc des leçons à tirer de chaque crise: la pandémie souligne le fait que les entreprises qui innovent en période de crise ont un avantage concurrentiel. 

Contrairement au Covid-19, la crise climatique ne nous prend pas au dépourvu. Nous sommes nombreux à constater que le réchauffement climatique nous fait payer un lourd tribut sous forme d’incendies, sécheresses et inondations, et qu’il impacte l’économie réelle et le système financier mondial. C’est pourquoi, l’UE soutient la transition vers une économie neutre en carbone par des mesures réglementaires. Les entreprises doivent divulguer les risques climatiques physiques et réglementaires. Celles qui alignent leurs modèles commerciaux sur la réalité d’une économie à faible intensité de carbone prospéreront sur le long terme. 

La durabilité n’est pas un sous-produit agréable pour les entreprises, mais un facteur essentiel pour atteindre l’objectif commun de l’accord de Paris sur le climat.– Mirjam Staub-Bisang, CEO Blackrock Switzerland et présidente du jury

La durabilité n’est pas un sous-produit agréable pour les entreprises, mais un facteur essentiel pour atteindre l’objectif commun de l’accord de Paris sur le climat: des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles d’ici 2050. Le passage à une économie neutre sur le plan climatique offre des possibilités considérables et, plus la transition s’accélère, plus les entreprises dotées d’une solide stratégie de durabilité en profiteront. Néanmoins, cette transition nécessite la transformation de la durabilité en une priorité absolue. C’est ce que promeut le «Green Business CEO Rating». Lancé en juin dernier par les principaux acteurs nationaux de l’économie et de la protection de l’environnement, membres du «Green Business Switzerland», ce classement récompense les PDG de grandes sociétés qui, en Suisse, s’engagent en faveur de la transformation sociale et écologique de leur entreprise. 

Texte Mirjam Staub-Bisang 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT