Construction et Immobilier Économie Finance Hypothèque Immobilier Investissement

Investissements immobiliers: les bonnes pistes

14.03.2019
par Thomas Pfefferlé

Dans un marché favorable mais coûteux, les investissements immobiliers s’avèrent intéressants. Certaines bonnes pratiques doivent tout de même être observées. Notamment dans l’optique de se prémunir contre les risques tout en évitant les mauvaises surprises. Explications.

Actuellement, le marché immobilier helvétique s’avère tout à fait prometteur et propice aux investissements. Historiquement bas, les taux hypothécaires du moment incitent d’ailleurs de nombreuses personnes à concrétiser leurs projets d’investissements immobiliers. En même temps, le marché suisse propose toujours des bien dont les prix peuvent atteindre des sommets, parfois vertigineux selon les biens dont il peut s’agir. Toujours est-il que l’immobilier constitue un des meilleurs choix en matière d’investissements. En tant que besoin fondamental de la population, l’accès au logement permet ainsi aux acquéreurs de tabler sur des placements à la fois pragmatiques et rationnels. Valeur sûre et durable, l’investissement locatif constitue en outre un des placements les moins risqués. Notamment en comparaison avec les placements financiers.

Sans parler du fait que, pour commencer à performer en Bourse, de nombreuses compétences et connaissances s’avèrent nécessaires. Sans cela, il faudra bien sûr passer par des intermédiaires et professionnels qualifiés. L’immobilier nécessite aussi de pouvoir s’appuyer sur des experts fiables. Mais, il est plus aisé de saisir les fondamentaux de la branche pour effectuer des placements intéressants et rentables sur le long terme.

Avantages multiples

Autre avantage: la pérennité du secteur. Beaucoup moins sujet aux fluctuations que la finance, l’immobilier permet généralement de voir l’avenir de manière sereine. En étant tangible et réel, un bien immobilier conserve ainsi sa propre valeur de revente. Ce qui, en cas de nécessité, permet à son propriétaire de bénéficier de liquidités rapidement. Outre les aspects relatifs au marché, les investisseurs pourront se concentrer sur deux axes centraux pour gérer leur stratégie et leurs placements. Il s’agit de l’emplacement géographique du bien et son état général.

Parmi les autres fondamentaux à considérer avant de se lancer, on s’intéressera à la part de fonds propres dont il faut pouvoir disposer pour acquérir un bien immobilier. Celle-ci s’élève à 20%. La moitié devra être avancée sous forme de «cash». Par exemple en utilisant l’épargne dont on dispose dans son deuxième ou troisième pilier. Si la donne actuelle reste des plus attractives en Suisse, on rappellera tout de même que la cherté des biens explique que moins de 40% des habitants sont propriétaires de leur logement dans notre pays.

Et en cas de coups durs ou de difficultés financières, l’activité immobilière permet de pallier facilement à ce type de problèmes. De manière générale, l’investissent immobilier se traduit en effet par la possibilité de disposer rapidement de liquidités suite à une revente. Générant un revenu immédiat, cette activité permet en outre de bénéficier de conditions intéressantes en termes d’amortissement notamment.

Bénéficier d’un interlocuteur unique

Autre aspect à considérer attentivement: les nombreux partenaires et interlocuteurs avec qui l’on doit pouvoir collaborer pour concrétiser ses projets. Notaires, professionnels de l’immobilier et banquiers sont notamment impliqués dans les différentes étapes du processus d’acquisition.

Pour se faciliter la vie, et surtout gagner du temps et de l’énergie, on ne peut que conseiller de s’orienter vers des sociétés ou des experts uniques, dont les compétences permettent d’englober ces différents points avec le même interlocuteur.

Outre ce gain de temps et d’énergie, le fait de bénéficier d’un interlocuteur unique pour gérer ces différentes émarches permet d’offrir un autre avantage. En étant souvent en contact avec de nombreux prestataires bancaires et immobiliers, ces spécialistes de la gestion et de l’acquisition stimulent en effet la compétitivité en faveur des acquéreurs. Bénéficiant ainsi d’offres sur-mesure avantageuses, ils accèdent souvent aux meilleurs conditions du marché.

Risques de sur construction

Bénéficiant toujours d’un fort élan, l’immobilier ne semble pas rencontrer d’obstacles particuliers en Suisse. Mais certains experts mettent cependant en garde les acteurs concernés par ce marché. En effet, selon certaines études menées récemment par les spécialistes du secteur, le risque de trop construire existe. Sans faiblir, l’activité de la construction pourrait donner naissance à un paradigme complexe et problématique au sein duquel de nombreux nouveaux logements pourraient arriver prochainement sur un marché déjà saturé en différents emplacements.

Dans ce contexte, il s’agit aussi de tenter de rééquilibrer la donne actuelle, qui se traduit notamment par une sur activité au sein des zones et communes périurbaines, alors que les centres des grandes villes sont toujours marqués par une certaine pénurie. Un déséquilibre notamment dû à la forte augmentation démographique qui caractérise de plus en plus le centre des agglomérations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT
ARTICLE SUIVANT