Économie Responsabilité sociale des entreprises

Démarche RSE: les entreprises contribuent au développement durable

30.06.2021
par Andrea Tarantini

Quelle que soit sa taille ou son secteur d’activité, toute entreprise peut contribuer au développement durable, notamment en adoptant une démarche RSE. 

789 milliards: c’est le nombre annuel d’heures consacrées au travail par la population active de Suisse. Cette moyenne des trois dernières années de statistiques fournies par l’OFS est éloquente. En effet, si les concitoyens contribuent à l’essor des entreprises à hauteur de plusieurs milliards d’heures de travail, alors on attend légitimement de ces dernières qu’elles impactent positivement la société, l’environnement et l’économie. Ces trois piliers et leurs enjeux forment le socle de la RSE, soit la Responsabilité Sociétale des Entreprises. 

Responsabilité ou obligation? 

Souvent nébuleuse pour les non-avertis, la RSE désigne l’ensemble des mesures adoptées par les entreprises, en faveur du développement durable. Les intérêts des consommateurs, l’impact environnemental ou encore la transparence fiscale font partie des nombreuses thématiques touchées par la démarche RSE. On désigne par «parties prenantes» les différents groupes touchés (directement ou non) par les activités d’une entreprise: salariés, fournisseurs, syndicats ou encore ONG représentent autant d’observateurs, externes ou internes à l’entreprise et spécialement attentifs aux pratiques de celle-ci. Au niveau juridique, la RSE n’est pas une obligation. Toutefois, certains de ses champs d’application tels que le respect des conditions de travail – entre autres exemples – sont relatifs aux lois en vigueur. 

La RSE en Suisse 

En 2015, les États membres de l’ONU s’engagent pour l’Agenda 2030 et ses 17 Objectifs de Développement Durable (ODD). À l’échelle mondiale, ce plan d’action étendu sur 15 ans vise notamment à éliminer la pauvreté et protéger l’environnement. Dans le cadre de ce mouvement international en faveur de la durabilité, la Suisse oeuvre à l’alignement de sa politique intérieure avec les objectifs de l’Agenda 2030. Depuis 2015, les plans d’actions RSE mis en place par le Conseil Fédéral impliquent un large panel de mesures et d’actions, allant des initiatives en faveur de la réduction CO2 au suivi de la mise en oeuvre des ODD. Ainsi, la Confédération adopte une position claire et la volonté manifeste de contribuer activement aux différentes dimensions de la RSE, à son application ainsi qu’à ses défis. 

Stratégie marketing ou prise de conscience? 

L’argument écologique s’avère vendeur et pas toujours fidèle aux pratiques effectives d’une entreprise. Lorsqu’un décalage est avéré entre les grands principes «verts» communiqués par une société et ses activités brumeuses, on parle alors de «greenwashing». En effet, la conscience écologique d’une entreprise représente un point central de la RSE et des enjeux environnementaux; encore faut-il qu’elle ne soit pas illusoire. 

Texte Natacha Mbangila 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLE PRÉCÉDENT